Les jardins communs d’Amaranthes ou l’émergence de l’indispensable fonction critique dans l’espace public local

056 L’îlot « Mazagran » se situe au cœur du quartier de la « Guillotière», au nord du 7ième arrondissement de Lyon.  Ce quartier est connu depuis le XIX ième siècle, pour être sur Lyon un lieu traditionnel d’accueil  de nombreuses populations migrantes : travailleurs des régions du sud de l’Italie, Siciliens, Turques, maghrébins, mais aussi chinois…

Tradition ancrée dans le temps, de brassage de petits peuples aux origines diverses, de « gens de peu » dont témoigne et qu’honore à  sa manière la vaste fresque murale réalisée en mai 2011, rue Sébastien Gryphe, par l’artiste de rue brésilien Eduardo Kobra[ 0541] , en réplique à la serre orangée des jardins d’Amaranthes,  conçus dès 2003 par l’artiste jardinier Emmanuel Louisgrand [2].

 

L’îlot Mazagran, fait l’objet depuis une décennie  d’intenses transactions sociales et  de controverses[3], sur fonds d’enjeux d’aménagements  urbains, en prévision de son peuplement projeté. Le Grand Lyon qui  y a conduit «  une action foncière conséquente », en rachetant des immeubles sur « un secteur bien desservi en transports en commun », considère que «  les fonciers acquis au sein de la Guillotière, constituent une réelle opportunité pour amorcer une requalification globale du secteur » [4] ; selon le Grand Lyon et la ville de Lyon, qui ont tous deux voté à cet effet une enveloppe financière conséquente de 1,8 million d’euros[5], « l’intervention publique s’avère nécessaire pour requalifier globalement le quartier »[6]016049  05JPG

Mais, qui annonce  vouloir « re-qualifier » [7] un   espace urbain, suppose avéré le caractère préalablement disqualifié de ce dernier. Or, cette vision du monde est contestée frontalement par un collectif d’associations du quartier,  qui estime prioritaires la préservation et la redynamisation de liens sociaux fragiles, mais déjà existants. Pour ce collectif d’associations[8],  le maintien du caractère populaire de la Guillotière au sein d’un arrondissement central de Lyon, bien maillé avec le reste des arrondissements centraux de la métropole lyonnaise, constitue un enjeu politique décisif, qui passe notamment, par la préservation des jardins communs d’Amaranthes et celle d’immeubles environnants, propriété du Grand Lyon, qui sont promis à une démolition prochaine.

011 L’art du jardinage à la rencontre des gens ordinaires L’histoire des jardins communs d’Amaranthes débute en 2003 sur un délaissé urbain, propriété publique du Grand Lyon : l’îlot Mazagran ; espace urbain aux dimensions et aux allures d’une modeste place de village[9], qui aurait été par ailleurs laissée à l’abandon par son propriétaire public. Sur l’initiative de la galerie d’art Roger Tator[10]  et avec le concours de financements publics[11], l’artiste-jardinier Emmanuel Louisgrand y crée une serre métallique aux coloris orangés, où prend place un  « jardin artistique éphémère »[12]. En 2004, un « jardin cultivable communautaire », extension de la serre, permet à « quelques riverains de se retrouver le vendredi soir pour cultiver l’art du jardinage ».[13]  Entre 2005 et 2007, un immeuble avoisinant est démoli ; le jardin s’agrandit autour d’un sentier; des acacias et des saules pleureurs sont plantés. L’artiste édifie donc un lieu éphémère, afin d’y accueillir des plantes éternelles[14]….   A partir de 2005, avec l’accord de la galerie d’art et du conseil de quartier, l’association « Brin d’Guill », transforme les friches en jardin potager. Puis, c’est dans la rue que l’association initie  « petits Brins Zurbains »[15]. Au final, à la Guillotière «  le jardinage devient un laboratoire de petites utopies citoyennes, où l’expérimentation environnementale va de pair avec la convivialité et la créativité » [16].  Fort de cet apport associatif militant, l’îlot d’Amaranthes, parvient à dépasser son statut initial d’œuvre d’art, pour devenir  « un lieu de vie du quartier accueillant les structures et associations ».[17]  04

Il apparaît ici que les artistes investis sur l’espace Mazagran (sur la serre, le jardin commun, comme du reste sur la fresque murale…) interviennent sur ce quartier mis en tension par des visions du monde contradictoires, en tant qu’élément déclencheur de « perturbation de la logique urbaine »[18] ; et ce, à l’opposé d’une vision qui ferait de l’artiste la composante d’une vaste mécanique sous contrôle ; un simple « travailleur » en somme, en charge de « produire de l’unanimisme »[19].  Ce faisant, les artistes urbains contribuent à leur manière, à faire émerger un lieu de confrontation, de débat critique ; pour le dire autrement ils redonnent une dimension effective à la notion d’espace public (Habermas[20]), que J. Louis Fabiani définit à juste titre comme «  la généralisation potentielle de la capacité critique donnée à des gens ordinaires»[21]. 072

Des jardins comme biens communs. Dans l’intitulé de notre article,  la formulation même de « jardins communs » – ou de jardins partagés selon les initiateurs du projet –  permet de faire très clairement référence au concept de biens communs ou de communs.  Les « Commons » en anglais, peuvent être définis autour de trois notions clés,  qui s’emboitent les unes dans les autres : les biens communs apparaissent en effet tout à la fois, comme « un réservoir sous-estimé de création de valeurs ajoutées (…), un puissant système de gouvernement,  ainsi qu’un creuset pour les aspirations démocratiques. [22] Ainsi que l’analyse à juste titre David Bollier, condisciple d’Elinor Ostrom (prix Nobel d’économie 2009), « aucun gouvernement, ni aucun marché ne sont en mesure de créer ce type de richesses, car elles reposent sur des relations sociales et morales enracinées dans le partage, la coopération, la loyauté et la confiance (trust) entre les individus. Eléments intangibles qui ne sont pas quantifiables et qui, du moins du point de vue des économistes,  sont présumés n’avoir aucune espèce de conséquence ». [23]

014

Se fondant dans ses travaux sur de multiples illustrations « de ressources communes auto-organisées et autogouvernées », Elinor Ostrom  remet en effet en question  «  la présomption que les individus ne savent pas s’organiser eux-mêmes et auront toujours besoin d’être organisés par des autorités externes »[24] : le marché et la firme d’un côté, et(ou) les agences gouvernementales de l’autre. 081

Pour le dire autrement,  les « Commons » représentent une opportunité de sortir par le haut du débat stérile entre d’un côté, les tenants  du « tout-marché » et de l’autre, ceux  du «tout-public », tout en repositionnant la société civile au centre des enjeux démocratiques et économiques contemporains. 08

084Mais qui dit « Commun », dit également  menace d’«enclosure », c’est à dire risque de mise en clôture de ce dernier et donc, sa disparition pure et simple; soit du fait de l’intrusion du marché,  qui agit dans le sens de sa privatisation- marchandisation ; le (bien)Commun devient alors une simple marchandise ; soit d’une tentative de remise sous contrôle et de normalisation engagée par le pouvoir politique ; le (bien) Commun devient alors une action ou un objet banalisés, soumis à des pratiques de normalisation, dont le pilotage relève exclusivement de la sphère politique.   De ce point de vue, les jardins communs d’Amaranthes donnent à voir tout à la fois, la capacité de la société civile à s’auto organiser librement, à donner naissance à des pratiques éducatives, conviviales et festives non mercantiles, fondées sur des pratiques de jardinage urbain ouvertes à tous; d’une certaine façon, on assiste à travers ces pratiques auto organisées,  à la légitimation des gens ordinaires et à leur retour dans l’espace public.   Mais dans le même temps, on assiste à une démarche concurrentielle de « mise en clôture » (enclosure), à un retour du politique et de ses agences, aux fins de normalisation de ce dernier : la disparition programmée de l’îlot Mazagran en tant qu’espace auto organisé et son remplacement par une aire normalisée « de jeux pour enfants et de sports pour adolescents »[25]. 083 Première étape d’une tentative de remise sous contrôle d’un commun par le politique, qui entend opérer plus largement dans une perspective annoncée de réaménagement – dite de « requalification »- du quartier de la Guillotière,  jugé «à fort potentiel », mais avec des « poches de fragilité » (…) qui induisent un cadre de vie à améliorer »[26].  Le politique entend ainsi reprendre pied sur un terrain initialement abandonné par défaut ou par inadvertance, sur un malentendu originel. Ce que dénoncent  vigoureusement bon nombre d’associations et de riverains, qui  y voient une tentative larvée de gentrification d’un des derniers quartiers populaires de Lyon.  «  Le quartier de la Guillotière, dernier bastion populaire de Lyon est en péril, le saviez- vous ? (…) Aujourd’hui, le projet du Grand Lyon est de faire de la Guillotière un quartier latin lyonnais, vidé de sa substance d’origine, faite d’inter culturalités et de cohabitations des catégories sociales »[27].   042

010 L’îlot « Mazagran » comme « espace public». D’une manière plus générale, l’îlot «Mazagran » est donc devenu «espace public», c’est-à-dire le lieu du débat public contradictoire entre des acteurs multiples (élus, services techniques, associations, artistes, riverains, citoyens ordinaires…) ; tous porteurs d’une vision du monde dont les uns et les autres entendent faire prévaloir la légitimité et face auxquels les gouvernants sont tenus de répondre de leurs actes et décisions. En conséquence, la décision publique qui fixe le devenir de l’îlot Mazagran, apparaît non pas comme un point repérable et clairement identifiable dans l’espace-temps – bordé par un début et une fin – mais comme un processus « en train de se faire », en transformation constante, « chaotique » [28], à la plastique aléatoire et changeante.  Ainsi, à l’issue de diverses réunions publiques, puis d’une pétition intitulée «  Halte aux massacre ! »[29] adressée au maire du 7ième arrondissement de Lyon,  il apparaît que, si le devenir patrimonial de la Guillotière demeure toujours soumis à d’importantes opérations de démolition immobilières programmées[30], le pouvoir politique institué (les élus d’arrondissements et leurs agences spécialisés) concède à l’association Brin’Guill’ promue au rang d’interlocuteur valable[31], « le maintien de l’îlot d’Amaranthes  à l’emplacement actuel (…), tandis que « la création de l’aire de jeux pour enfants se fera le long de la rue Cluzan »[32]. assoces-la Guill

012Ainsi,  le pouvoir politique local institué qui entend de situer au centre de la délibération procédurale (la « délibération » est prise au sens administratif du mot, c’est-à-dire l’acte légal voté et approuvé par le conseil municipal ou de quartier), balance entre processus normé, unidimensionnel, top-down, au risque d’être une délibération confisquée par la technostructure qui ne renvoie nullement au débat, à l’échange contradictoire… , et lieu de controverses où, par quelques  fenêtres d’opportunité ( policy window[33] ) la société civile – pour le dire autrement, le peuple, les habitants, les associations de riverains…- c’est-à-dire tout à la fois, un ensemble composite, aléatoire, mouvant,  mais aussi ce qui fonde le socle légitime de nos démocraties représentatives, s’engouffre pour prendre part à la « délibération » – vue cette fois comme un espace de débat contradictoire –  et ainsi tordre le processus de la décision, dans un sens qui lui est plus favorable. 059

Yann Maury. CHAIRECOOP. Octobre 2013.

Crédits photos yann Maury

108

053

 La fresque d’Amaranthes. Sur l’îlot Mazagran, faisant face à la serre, se tient ce que nous dénommerons, la «fresque d’Amaranthes ». Faute de mieux. En effet, son auteur, l’artiste de rue brésilien Eduardo Kobra, qui a été invité en Mai 2011 par l’association Brin d’Guill’, à travailler sur l’un des pignons du café coopératif – « le court-circuit »- n’a pas dénommé son œuvre. La partie centrale de la fresque évoque une photographie argentique ou un polaroid; l’ensemble est représenté en noir et blanc par le peintre.021

La fresque s’apparente à une photo de famille, prise devant le café de la place du village : hommes d’âge mur, femmes jeunes et enfants. Tous doivent venir du sud. Méditerranée, « mare nostrum ».

Chacun, anonyme ou familier du lieu, se tient immobile et prend la pose devant le peintre-photographe. Les traits des visages sont creusés, presqu’austères. Quelques sourires à peine esquissés, ici ou là. Les verres à vin et les tasses à café sont pris en main, tenus à distance raisonnable des visages immobiles. Le contenu sera bu, mais plus tard, après la photo. Rien ne traduit le mouvement. Tout est silencieux.

026Cheveux noirs et moustaches finement taillées, les hommes portent cravates, chemises blanches et vestes assorties. Les femmes quant à elles, des tabliers de cuisine ou des robes sobres et légères. Deux cafetiers en tabliers de travail, prennent également la pose, quelques instants. Tenues simples mais soignées, d’une population ouvrière venue au café profiter de quelques rares instants de détente. Nous sommes dimanche, un jour de printemps ou de début de l’été, dans les années trente, dans le quartier de la Guill’.

C’est le seul jour de repos de la semaine. La semaine a été longue. Depuis 1906 et la loi sur le repos hebdomadaire obligatoire, on ne travaille pas le dimanche. Voilà, c’est fini, la photo est prise….YM

032

Entretiens avec l’artiste jardinier Emmanuel Louisgrand: « L’aspect évolutif est le propre de ce type de projet et ce qui me motive. Nous ne sommes pas dans un cadre figé, mais dans l’idée de créer des rencontres, des échanges, de confronter des approches, des idées pour que l’intervention trouve pleinement du sens. L’idée au départ était d’offrir une œuvre à regarder vivre. Ainsi, j’ai conçu une serre à base de tubulures métalliques massivement végétalisée : un écrin de verdure. Lorsque j’ai réalisé le projet, les premiers contacts ont eu lieu. Me voyant travailler, curieux, les passants s’arrêtaient, des échanges s’amorçaient. Ces derniers ont été développés à travers les vernissages que la galerie a régulièrement organisés à chaque moment important de l’évolution du projet. Des personnes sont venues m’aider puis sont devenues de vrais acteurs du projet. Mon souhait de rencontre a rejoint le désir d’habitants de partager un moment autour d’un projet de ce type, vivant et participatif. Ainsi, nous avons élaboré ensemble la deuxième phase du projet, avec, dans un premier temps, la création de parcelles « privatives » qui sont très vite redevenues collectives. Nous avons déchargé 180 tonnes de terre végétale criblée ! La troisième phase a consisté à planter des arbres, des robiniers, sur un espace minéral complètement ouvert et traversant et à installer du mobilier urbain adapté au site et aux usages. Les douze fosses d’arbres ont nécessité l’enlèvement de 101 tonnes de mauvaise terre et le remplacement par 86 tonnes de terre végétale. Nous avons travaillé sur les couleurs et les essences. Du mois de mai à la fin du mois de juillet, nous nous réunissons chaque semaine pour organiser l’entretien du jardin et échanger sur le devenir du projet. À l’avenir, l’idéal serait de trouver une composition, un fonctionnement, une réglementation pour arriver à doter l’espace d’une identité propre connue et reconnue. Mon objectif est de conforter l’aspect artistique du site tout en intégrant des éléments à vivre, des jeux par exemple… »

Sources. http://www.supervues.com/2007-4-58-_louisgrand_emmanuel-24.html

Crédits photos Yann Maury. ( Sauf carte des associations îlot Mazagran et Eduardo Kobra en plein travail. Pierre Michel. Association Brin d’Guill »)Fresque Amaranthes


[1]    Cf. le site d’Eduardo Kobra. http://eduardokobra.com/?cat=7

[3]  Les controverses sont vues comme des « activités de sélection d’arguments et d’évacuation d’acteurs, ponctués de retours partiels et plus ou moins efficaces ». Cf. « Controverse ». Pierre Lascoumes. 2004. Dictionnaire des politiques publiques. P 125 et suiv. Presses de Science Po.

[4] Site internet du Grand Lyon. Espace Mazagran.2011. http://www.grandlyon.com/Espace-Mazagran.4999.0.html

[5]  Délibération du conseil municipal de Lyon du 7 novembre 2011.

[6]  Idem.

[7] En latin, la racine « Re » désigne le renouveau, la renaissance ; à l’inverse, la racine « De » signifie le manque, l’absence et implique la négativité.

[8] Collectif associatif où l’on retrouve plus d’une quinzaine de membres dont, « Brin d’Guill » (jardins urbains nomades), la Galerie « Roger Tator » (art contemporain), « Locaux Motiv » (Espace collaboratif), Les «  vers solidaires » (Economie sociale et solidaire), la « Myrtille sauvage » (danse, théâtre et cirque), « Artis » (formation musicale, fanfares)…Cf. document de synthèse joint.

[9] L’espace « Mazagran » qui représente une emprise foncière de 5000 m2 environ en habitat urbain dense,  est bordé par les rues Jangot, Mazagran, Montesquieu et Gryphe.

[10] « Les utopies urbaines de la galerie Roger Tator ».Grand Lyon. Direction de la prospective et du dialogue public. http://www.millenaire3.com/fileadmin/user_upload/textes/Galerie_Roger_Tator.pdf

[11] « Comment le projet a-t-il été financé ? Le projet a été présenté dans le cadre de la politique de la ville, ce qui suppose un multi financement sur trois ans. Ainsi, la Ville de Lyon, la DRAC (FIV), la DDE et la Région Rhône-Alpes nous ont apporté pour la réalisation totale du projet, 15000€ en 2003, 25000€ en 2004 et 31000€ en 2005. Pour l’année 2006, nous recherchons de nouveaux financements. » Entretiens avec E. Louisgrand. Supervues. 2007. http://www.supervues.com/2007-4-58-_louisgrand_emmanuel-24.html

[12] Qualificatif  que l’on peut lire sur l’un des panneaux accroché sur le grillage de la serre et qui remémore au visiteur anonyme l’histoire de cette dernière.

[13] Cf. inscription figurant sur les panneaux de la serre.

[14] Amaranthus vient du nom de cette plante (en grec ancien ἀμάραντος), « amaranthes ou immortelle », nom formé du préfixe privatif a-, « sans », sur le verbe qui signifie « flétrir, se faner »: en effet, l’amaranthes a la réputation de ne pas se faner, et pour cette raison, représente un symbole de l’immortalité. Cf. Wikipédia. http://fr.wikipedia.org/wiki/Amarante_(plante)

[15] L’association Brin d’Guill’ est accompagnée par la cellule Etude et essais de la direction des espaces verts de la ville de Lyon. L’idée est de provoquer une végétalisation des rues en faisant des «micro implantations florales», avec les espaces verts s’occupant de creuser le trottoir et donner des conseils. Ainsi, le jardinage des friches est passé à celui de la rue ».

http://www.ryerson.ca/carrotcity/board_pages/community/ilot_d’amaranthes.html

[16] Idem.

[17] Ibidem.

[18] « La fonction de l’artiste, c’est de produire des significations, des émotions et de les laisser travailler dans le temps.. ». Jean Louis Fabiani. « L’espace public se doit d’être critique ». Métamorphoses. Supplément Libération du 20 septembre 2013.

[19] Idem.

[20] Habermas J. 1962, L’espace public : Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Lire également,  » Lire et relire Habermas: lectures croisées du modèle de l’espace public habermassien ». Benrahal & Matuszak. 2009. Etudes de communication http://edc.revues.org/868 &  Cf.  Stéphane Haber, « Un espace public néocapitaliste? Habermas, un demi-siècle après ». 2012. Variations. http://variations.revues.org/204

[21] Ibidem.

[22] Cf. David  Bollier. « Rediscovering our Common wealth. » Oregon Humanities. 2003

[23] Du même auteur, lire également, The growth of the Commons paradigm. Understanding Knowledge as a Commons. 2007. Direction Ch. Hess & E.Ostrom.

[24] Elinor Ostrom, Gouvernance des biens communs, 2010, P 39, De Boeck.

[25] «  L’opération Mazagran consiste à aménager un espace public et lancer la réalisation d’un espace végétalisé (…) : un espace public qualitatif (…) des aires de jeux pour les enfants intégrées dans l’aménagement paysager ». Cf. Conseil d’arrondissement. CR de la séance du 25 Oct.2011. p 2.

[26] «  Le Grand Lyon et la ville de Lyon envisagent de réaliser un projet de requalification  du secteur Mazagran-Depéret dans le quartier de la Guillotière. L’abandon du projet de prolongement de l’avenue Félix Faure a laissé au cœur du quartier, des espaces  aujourd’hui perçus comme des délaissés urbains, bordés par des pignons aveugles  de constructions restantes. Ces délaissés représentent un fort potentiel pour la recomposition de ce quartier dense (….) avec une population mixte mais des poches de fragilité (….) qui induisent un cadre de vie à améliorer. » Site internet du Grand Lyon. Espace Mazagran.2011. http://www.grandlyon.com/Espace-Mazagran.4999.0.html

[27] «  Que disons-nous, nous habitants de Lyon, face à ce que la « métropole régionale la plus attractive de France » dit à notre place ? «  Pétition adressée au maire de Lyon. 2013.

[28] «  La décision publique est le produit d’un processus décisionnel chaotique, marqué par la mobilisation d’intérêts sectoriels : elle constitue un enjeu de pouvoir. La formulation et la sélection d’une solution adaptée à un problème donné, ne sont pas des activités neutres, mais donnent lieu à la mobilisation et à l’affrontement d’intérêts particuliers, à l’éclatement de conflits, à des tentatives de marchandages et de compromis ».Charlotte Halpern. Dictionnaires des politiques publiques. P 154.  « Décision ». Presses de Sc. Po. 2004.

[29] «  Le projet d’aménagement du quartier Mazagran à la Guillotière prévoit le déplacement du jardin partagé d’Amaranthes pour faire à sa place un espace de jeux d’enfants géré par la ville. Nous usagers et visiteurs, nous ne comprenons pas pourquoi un si bel endroit doit disparaître ? Cet espace cultivé par des jardiniers associatifs, nous offre chaque jour, la possibilité d’admirer une multitude de plantes variées qui ravivent nos sens, et permettent à nos enfants diverses activités de découverte de la nature (jardinage, arrosage, plantations accompagnées, cueillettes de fruits et légumes etc…) dans un milieu urbain où les espaces verts sont rares, voire inexistants ». Pétition adressée au maire du 7ième arrondissement de Lyon. Document 2013.

[30] Les immeubles prévus pour une démolition, se situent 11 rue Jangot et 52 rue Richelieu. Leur désamiantage tient lieu d’argument de légitimation à leur démolition annoncée. Cf courrier du 25 Juillet 2013. Grand Lyon.

[31] « L’organisation de ce chantier de réhabilitation sera discutée et validé par l’association Brind Guill’, qui assure et assurera la gestion de jardin partagé ». Courrier du Grand Lyon en date du 25 Juillet 2013 à l’attention des membres du comité de suivi participatif du projet de l’espace Mazagran.

[32] Idem.

[33] «  Ces fenêtres d’opportunité qui s’ouvrent, lorsque les courants se rejoignent, se referment aussi très vite lorsque les acteurs ne réussissent pas à passer à l’action, lorsque les évènements ne sont plus d’actualité(…) Même si ces fenêtres sont rares, les changements de politique publique majeurs résultent de l’apparition de ces opportunités ». Pauline Ravinet citant J.Kingdon. 1984. Cf. dictionnaire des politiques publique.2004.Presses de SC Po. P 220.

Chaire habitat coopératif 

ISSN N° 2494-8349

  ISSN


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *