1950. USA. Quand « l’US Army » vantait les vertus de la coopération sociale…

« When the US ARMY praised the assets of the social cooperatism… »

Dans ce document vidéo de l’année 1950, diffusé à l’occasion du plan MARSHALL  – European Recovery Program (ERP)-  qui était destiné à la reconstruction d’un continent européen dévasté par la seconde guerre mondiale, les services civils de l’armée américaine expliquent par le menu, le lancement jugé initialement «irréaliste» et trop «compliqué» par la population locale, du mode de fonctionnement au quotidien de coopératives agricoles, qui ont « su faire le bonheur » de modestes, mais « courageux » fermiers américains de la vallée de la Shenandoah, en Virginie.

coop-USA10
Début du documentaire (durée 20mn) : « Nous faisons des affaires à not’ façon et çà marche rud’ment bien ! On n’nous a pas dit comment il fallait procéder. Ailleurs dans le pays, on fait autrement. Mais nous, çà nous convient et on est contents ! (…) On peut dire que c’est un vieux pays. Le premier colon a bâti sa maison en 1727 (…) La guerre de sécession a tout ravagé par ici. Mais les gens ont tenu ferme ! Et au lieu de se lamenter ils ont travaillé pour l’avenir ! »

coop-USA11
Avec des formules bien senties et frappées au coin du bon sens paysan comme :

« Là où y a des poules, y a des œufs à vendre… »;

Ou bien, «  un paysan çà travaille dur ! Et çà c’est pas nouveau.. »

La particularité du lieu : « Un jour, tout le monde ou presque, a décidé de faire des affaires tous ensemble. Nous avons monté un tas de coopératives (…) C’était rien qu’un p’tit hangar, maintenant nous avons c’magasin, qui vaut 100.000 $. 4500 personnes ont mis leur argent là-d’dans. C’est à nous ! Et nous le faisons marcher (…) Est-ce que nos articles rapportent ? Pour sûr ! Bien que nous appelons çà du surplus et non du bénéfice. C’est quand même de l’argent !» .

coop-USA15

Au passage, il y est rappelé que « Certains pays d’Europe ont adopté ce système depuis longtemps. Nous avons recueilli le plus d’informations possibles sur leur expérience ».

Outre les multiples aspects techniques inventoriés dans ce film documentaire, liés à la production agricole mécanisée [1] (concaténation), traitée à la manière des « Temps Modernes » de Charly Chaplin, il est également question de démocratie directe, au sein de laquelle chaque membre, sur la base de la règle « un homme, une voix », est acteur de la communauté locale, dont il relève pleinement. « Tous les ans, on tient une assemblée. On vote. Les patrons c’est nous. Les administrateurs c’est nous ! On tâche de faire du mieux qu’on peut (…) C’est une démocratie dans ses fondations mêmes, mais aussi dans sa structure.» coop-USA3

coop-USA17
Ce modèle coopératif appliqué au secteur agricole des années cinquante, dont les vertus sont largement vantées ici, apparait comme une composante forte de l’«American Dream » de l’après-guerre. Une manière de s’en sortir « en s’retroussant les manches tous ensemble.. ». « C’est quand même une rude satisfaction de s’dire qu’on possède une part de son pro’p pays ».

  coop-USA8
coop-usa1

Mais ce rêve américain ancré dans ses racines terriennes, apparait désormais désuet, lointain et daté, face au modèle financier dominant des grandes firmes multinationales, fonds de pension et autres banques d’affaires, qui ont depuis fait des produits agricoles (notamment) l’objet d’intenses pratiques spéculatives. coop-USA19

Depuis 2008, les banques d’affaires Goldman Sachs, JP Morgan Chase, Morgan Stanley ont investi plusieurs milliards de $ dans l’achat, puis le contrôle de stocks de matières premières physiques. Ce mélange des genres entre activités de banquier et de commerce international a d’ailleurs fait l’objet d’une enquête récente du sénat américain.[2] coop-USA16

 

De même, des phénomènes de porosité établis dans les recrutements des personnels de la FED et des grandes banques d’affaires, sont dénoncés par la commission d’enquête du sénat US. Sont visés ici les recrutement par la FED de personnels venant par exemple de la banque d’affaires Goldman Sachs.

L’agent initialement contrôlé devient alors agent contrôleur de ses propres intérêts.

coop-usa5

 

Là également, il s’agit de relire VEBLEN et son ouvrage «Théorie de la classe de loisirs ». En effet, selon Thorstein Veblen, « le capital est moins un moyen de production, qu’un moyen de prédation pour s’approprier privément une richesse produite collectivement » [3].

Le point de départ de Veblen est celui d’une société d’abondance; à savoir que l’utilisation maximale des ressources productives nous conduirait directement à une crise de surproduction, contraire aux intérêts de l’homme d’affaires. Les pratiques d’affaires sont donc des pratiques prédatrices de sabotage industriel et la dynamique économique en cause ici n’est plus un jeu à somme positive ou nulle, mais un jeu à somme négative.

Les hommes d’affaires contrôlent le processus industriel, leur motif d’action est le gain pécunier. Leur méthode d’action passe essentiellement par les transactions pécuniaires d’achat et de vente – ils contrôlent mais ne participent pas au processus industriel. Aux mains de l’homme d’affaires, le capital n’est pas d’abord un outil de production, c’est un outil de prédation lui permettant d’accaparer le plus grand usufruit possible dans l’ensemble du système. (création de la pénurie). Production de richesse et accaparement de valeur sont donc deux choses distinctes chez Veblen. coop-USA21

Dans cette première partie de 21 ième siècle, « l’instinct artisan » (workmanship) a cédé la place à « l’instinct prédateur » (predatory). L’outil privilégié mobilisé par l’instinct prédateur, c’est le capital financier. Basé sur la compétition, la concurrence et le contrôle (pouvoir monopolistique) par une minorité, des circuits de production, l’instinct prédateur tend à créer un contexte de pénurie. Et donc une situation inverse à celle de l’abondance.

Sources INA. 2015 & Fonds USIS. (Services d’information des États Unis)

[1] Le terme concaténation (substantif féminin), du latin cum (« avec ») et catena (« chaîne, liaison »), désigne l’action de mettre bout à bout au moins deux chaînes.

[2] « La FED critiquée pour sa proximité avec Wall street ». Le monde du 25.11.14

[3] Cf. Gagnon. « Penser le capitalisme cognitif selon Thorstein Veblen ». [1899], Théorie de la classe de loisir. Gallimard.

Chairecoop. YM. 24 Avril 2015

Chaire habitat coopératif

ISSN N° 2494-8349 


Une pensée sur “1950. USA. Quand « l’US Army » vantait les vertus de la coopération sociale…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *