Visites de coopératives d’habitants à Rome.Juin 2015

Des visites filmées de coopératives d’habitants romaines ont été effectuées dans le cadre de l’atelier  international organisé par Chairecoop & L’Unione Inquilini & Laboratorio Arte Civiche (Université Rome III), (ROMA.Workshop 10.11 Juin 2015). Ci-joint quelques éléments clé qui s’y rapportent.

P1020329

 

Le contexte : Rome, métropole européenne sous haute tension locative[1]

Le démembrement de la composante logement public de l’Etat providence italien.

Rome (2,6 millions d’habitants) se vit comme une métropole sous haute tension locative. Cette situation a pour fondement un déficit chronique de logements sociaux (case popolare) du à la faiblesse quantitative du parc locatif social romain. Il tient également à des ruptures nettes, intervenues au milieu des années quatre-vingt-dix dans la conduite de la politique publique du logement italien, avec le désengagement budgétaire total de l’Etat central à partir de 1998, le transfert de compétences en direction des 20 régions italiennes et une marche forcée en direction de la marchandisation du secteur au nom de « la propriété privée pour tous »[2]. Dans le même temps, de façon très paradoxale et jouant ainsi le jeu de la spéculation immobilière et foncière, il est à noter qu’à Rome, des centaines de milliers de mètres carré de bâtiments publics sont laissés à l’abandon par leurs propriétaires publics (propriétés publiques patrimoine de la commune de Rome, de l’Armée, de ministères d’Etat, d’administrations publiques diverses). Il en est ainsi des 100.000 mètres carrés des ex-abattoirs municipaux du « Testaccio », du secteur industriel de « Porto Fluviale », d’innombrables groupes scolaires communaux, ou encore de l’immeuble de 9 étages de l’ex- INPDAP, désormais patrimoine oublié et abandonné par le fonds de pension américain BLACKSTONE etc… C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre « l’autorecupero », en tant qu’usufruit social[3] sans démembrement du droit de propriété et forme coopérative donnée à un nouvel habitat social inventée par la société civile romaine, en réponse aux échecs répétés du tout-public et du tout-privé, dans la conduite de la politique publique du logement. Au passage, « l’autorecupero » inventé par la société civile romaine, invalide le discours dominant sur la « crise » et sur la « pénurie » immobilière et foncière, qui serait à l’œuvre au sein de la capitale italienne.

[1] Yann Maury. « Le logement social à Londres, Rome, Berlin, Barcelone : le rôle des associations».2006. CPVS

[2] Les décrets lois de décembre 2001 relatifs à la « cartolarizzazione », constituent l’accélérateur libéral qui donne corps à ce vaste mouvement de privatisation du logement social public. Des sociétés financières dites « sociétés véhicules » sont constituées. Ces sociétés véhicules sont regroupées au sein d’un trust international. Il s’agit de la SCIP, fruit d’une coalition d’acteurs publics-privés et vaste consortium bancaire multinational. L’objectif annoncé est clair : mettre en vente ce patrimoine immobilier public, il s’agit de renflouer les caisses de l’Etat italien à hauteur de 3 à 4 milliards d’euros. Plusieurs vagues de cartolarizzazione ont eu lieu depuis 2001. (SCIP1, 2, 3, 4)

[3] « L’usufruit est un droit réel (droit portant ici sur des logements) conférant le droit d’usage et le droit au fruit d’une chose appartenant à autrui (ici une propriété publique). En droit français, l’usufruit est défini comme le droit de jouir des choses dont un autre a la propriété, comme le propriétaire lui-même, mais à la charge d’en conserver la substance. » (Article 578 du code civil).

Rome lives herself as a metropolis under high voltage renting. This situation takes its roots in a chronic lack of social housing (case popolare) of in the quantitative weakness of the Roman affordable rental stock. It also holds clear breaks, intervened in the middle of the ninety years in the driving of the Italian accommodation public policy, with the budgetary disengagement of the central State from 1998, the know-how transfer towards to the 20 Italian regions and a forced march in the way of the commodification of the housing sector, in the name of  » private property for all”. At the same time, on a very paradoxical way and playing directly interests of realestate and land speculation, it should be noted that in Rome, hundreds of thousand meters of public buildings are neglected by their public owners (Municipality of Rome, Army, ministries of State and diverse public administrations). It’s in that context that we have to understand “autorecupero”, as social usufruct without dismemberment of the property right and as a new cooperative way given to affordable housing, invented by roman civil society, as an answer of the failures of public and private housing policies. At the same time, « autorecupero » invented  by the roman civil society, invalidates the prevailing wiew about  realestate « crisis »  and land shortage, wich would be at work in the italian metropolis.

P1020372
2. LES VISITES DES COOPERATIVES ont donné lieu à plusieurs vidéos qui sont ici mises en ligne.

 COOPÉRATIVE ETUDIANTE. Piazza Galeno. Roma 

Vidéo de la visite mise en ligne (cliquer sur le lien pour accéder à la vidéo mise en ligne)

 La coopérative d’étudiants est située dans un quartier résidentiel romain, à l’angle de la Piazza Galeno et de la via Antonio Musa, à proximité de l’université de la SAPIENZA, (qui compte une population de 200.000 étudiants pour seulement 1000 chambres d’étudiants disponibles). Ce très bel immeuble propriété publique de la province de Rome, évalué à 12 millions €, accueillait précédemment une crèche municipale. La crèche ayant été fermée, l’immeuble est resté inoccupé. La province de Rome a alors cherché à engager une vente auprès de promoteurs privés. Toutefois, conformément à la loi régionale sur « l’autorecupero », mais aussi à la faveur d’une loi sur le logement étudiant, un collectif d’étudiants auto-organisé après avoir investi l’immeuble, a engagé des discussions avec les représentants de la province, afin de faciliter son changement d’usage en résidence étudiante. La procédure de vente de l’immeuble a ainsi été stoppée. Chaque étage de l’immeuble fait désormais l’objet d’une appropriation par ce collectif d’étudiants romains.

P1020214P1020221

 

 

Located in a Roman residential area, in the angle of Piazza Galeno and via Antonio Musa, near the SAPIENZA university (200.000 students), this beautiful public property building of the city of Rome, previously welcomed a municipal day-nursery. The day-nursery having been closed, the building remained empty. The city of Rome looked for selling the building to private sector (12 Million €). According to the regional law on the autorecupero and to a student housing law, a self-organized community of students then surrounded it and hired its change of use in a student residence. The sell have been sold. Every floor of the building is from now an appropriation by this collective of Roman students.

P1020222  P1020200

  • COOPÉRATIVE VIA MARICA. Rome

Visite de la coopérative VIA MARICA mise en ligne. (Cliquer sur le lien pour accéder à la vidéo). Click on the Link.

Ce grand édifice était anciennement une école construite dans les années 70, laissée à l’abandon. L’école a alors été occupée par des familles en recherche de logements. Auparavant, elles avaient occupé trois autres écoles. Mais à chaque fois, elles avaient été expulsées. De son côté la ville de Rome construisait des logements, mais à 50Kms du centre. Ce qui ne correspondait pas à la volonté des populations de conserver leur identité, leurs réseaux sociaux et professionnels. Selon notre interlocuteur, membre de la coopérative Via Marica, une estimation révèle que les bâtiments publics laissés à l’abandon par la ville de Rome, correspondent à la population d’une ville comme Bologne (380.000 h). « Ce qui est considérable« . C’est la loi de 1998 sur l’autorecupero qui a permis la légalisation de l’occupation de l’école et sa transformation en coopérative. P1020230

L’ école abandonnée était reliée à un gymnase adjacent. Celui-ci a servi de lieu d’hébergement aux familles durant les 7 années qu’ont duré les travaux de rénovation de l’école. Cette liaison a été détruite et le bâtiment est restructuré pour accueillir 17 logements. Le rez-de-chaussée devait au départ accueillir une crèche, mais des variantes ont été rendues nécessaires et un logement d’accès facilité pour personne handicapée a été réalisé à la place. Des éléments de bio-architecture ont également été introduits dans le projet : des verrières situées sur le toit induisent une circulation d’air qui, passant sur un bassin d’eau situé au rez-de-chaussée, se rafraîchit et s’humidifie pour augmenter le confort thermique à l’intérieur de l’édifice. Du point de vue énergétique, le bâtiment présente de nombreux avantages, car il exploite l’ensoleillement en hiver et, pendant l’été, l’ombre, accompagnée d’une ventilation adéquate. P1020246

Pendant l’été, la construction du bâtiment permet de bénéficier au maximum du mouvement naturel de l’air pour aérer les logements, grâce aux cheminées solaires et au bassin-fontaine situé au rez-de-chaussée. En hiver, la forme particulière de la lucarne faîtière, crée un effet de serre à l’intérieur de l’espace central, en limitant les pertes énergétiques des appartements. Début des travaux : Novembre 2004. Achèvement : Mars 2008. Coûts des travaux : 587 498,80 € (données 2008). Architecte : Michele TESTA.

P1020247

 

P1020238

 

This big building was formerly a given up school and connected with a neighboring gymnasium. This connection was destroyed and the building is now restructured to welcome 17 housing. The ground floor had to welcome at first a day-nursery, but variants were made necessary and an accommodation of access facilitated for a handicapped person was realized on. Elements of bio-architecture were also introduced into the project. Elements of bio-architecture were also introduced into the project: windows situated on the roof infer a circulation of air which, passing on a pond of water situated at the ground floor, cools and moistens to increase the thermal comfort inside the building. From the energy point of view, the building presents numerous advantages, because it runs the sunshine in winter and, during summer, the shadow, accompanied with an adequate ventilation. During summer, the construction of the building allows to benefit at the most from the natural movement of the air to aerate housing, thanks to the solar fireplaces and to the pond-fountain situated at the ground floor. In winter, the particular shape of the skylight, creates a greenhouse effect inside the central space, by limiting the energy losses of apartments

  •   Coopérative VIA STATILIA. Roma (« Spin Time Lab »)

Vidéo de la visite (cliquer sur le lien pour accéder à la vidéo mise en ligne) ( version italienne)

Vidéo de la coopérative. ( Version Sous-titrée FR)

Situé au 59 Via Statilia, cet imposant immeuble de 9 étages (dont 2 en sous-sol) compte 16000 m2 habitables. L’immeuble public qui appartenait initialement à « l’ente previdenziali »[1] (INPDAP) (Istituto nazionale di previdenza e assistenza per i dipendenti dell’amministrazione pubblica) a été vendu en décembre 2011, au fonds de pension américain BLACKSTONE. Une fois vendu à « Blackstone », l’ancien immeuble public est demeuré inoccupé et inutilisé par son propriétaire. Il est désormais occupé depuis deux ans par 130 familles issues de l’immigration de 20 nationalités différentes, qui reversent une contribution coopérative d’un montant mensuel de 10 € par mois, en échange du logement qu’ils occupent. Le système de vidéo surveillance de l’immeuble a été récupéré et réutilisé pour la surveillance de l’entrée de l’immeuble. Un registre des entrées est tenu à jour par des membres de l’immeuble. ( voir photo infra)

P1020339

Des règles de vie commune ont été instituées parmi la communauté d’habitants : un tour de nettoyage quotidien de l’immeuble est assuré  par les familles elles-mêmes; (l’immeuble est d’une propreté parfaite). Les éventuelles violences domestiques ne sont pas tolérées au sein de la communauté (alcoolisme, violences conjugales..) et donnent lieu le cas échéant, aux expulsions des membres concernés par ces actes délictueux.P1020297

Les militants « d’Action », principal animateur du lieu dénommé  « Spin Time Labs« , ont tenté – en vain – de contacter la direction du « hedge fund » américain, qui n’a jamais répondu à leurs doléances. Les militants se demandent même si BLACKSTONE connait l’existence de l’immeuble dont ils sont désormais propriétaires…. Une demande d’audience a été faite auprès du pape Francesco !P1020300

La diversité des actions conduites par les groupes d’activistes romains ( cours d’apprentissage de multiples langues, formations aux métiers de la menuiserie, spectacles, production artistique…) s’inscrivent dans une démarche alternative de régénération urbaine, qui s’adosse en priorité sur la société civile et plus précisément sur sa partie la plus fragile, marginalisée et la plus rejetée : les populations migrantes venues à Rome pour tenter leur chance dans un contexte économique et financier dominé par les intérêts financiers et bancaires.P1020316

P1020320

 

 

 

L’effet visuel, en pénétrant dans ce vaste immeuble d’’une qualité architecturale remarquable, est saisissant. Le bâtiment témoigne d’un monde ancien : l’Etat providence italien qui a implosé, qui s’est effondré sur lui-même, à compter du milieu des années 90 et qui a disparu depuis. Le passage de l’Etat providence au marché s’est fait avec une brutalité extrême. L’abandon initial de ce très bel immeuble, à la fois par l’Etat italien ex-propriétaire, puis par le fonds de pension américain, témoigne des effets destructeurs d’une spéculation immobilière sans limite, indifférente et désencastrée des nouvelles réalités sociales et de la montée de la précarité. Un nouveau monde urbain est-il en train d’éclore sous les ruines de l’ancien État providence et sous les fondations de l’ancien immeuble public situé au 59 Via Statilia à Rome ?

[1] « Ente Previdenziali ». Littéralement entreprise de prévoyance liée à la construction de l’Etat providence italien à la fin de la seconde guerre mondiale. (Ici une administration de reversion des pensions de retraites de la fonction publique italienne). Les EP avaient l’obligation légale de reverser 20% de leurs bénéfices réalisés dans la construction des logements sociaux italiens (« case popolare »). Ils sont à l’origine de la construction de 150.000 « case popolare » publics (dont 30.000 à Rome), depuis revendus au début des années 2000 dans le cadre d’un plan de privatisation conduit par la SCIP (trust bancaire international disposant d’un droit de préemption) sous le gouvernent Berlusconi.

 

P1020309

P1020330

This impressive 9-storeyed building (account 1600 m2 of which underground livable) was sold in December, 2011, to the American hedge fund BLACKSTONE. Once sold to « Blackstone », the former public building remained idle and unused by his owner. It is occupied from now on (squat) illegally for 2 years by 150 families stemming from the immigration, which pay back a cooperative contribution of a monthly 10-€ amount a month, in exchange for the accommodation which they occupy. The diversity of the actions led by the Roman activists groups (about language learning, trainings in wood work, entertainments for artistic production) join an alternate approach of urban regeneration, which leans first and foremost on the civil society and more exactly on its most fragile, marginalized and most rejected part: the migrant populations come to Rome to try their luck in an economic and financial environment dominated by the financial and banking interests. Is a new and alternate urban model growing up from the 59 Via Statilia in Rome?   P1020303

 

 

  • Via Tor Dei Schiavi Roma Iblu

Visite de la coopérative IBLU (cliquer sur le lien pour accéder à la vidéo mise en ligne) Click on the link

Fonctionnant sur un registre comparable à celui de « Porto Fluviale », ce bâtiment public laissé à l’abandon par l’opérateur électrique national italien, est désormais occupé par des familles de migrants. Ces dernières ont réaménagé les espaces inutilisés et les ont transformés sur la base de règles d’entraide mutuelle, en petites cellules de logements familiaux. Les tours de nettoyage de l’immeuble sont assurés par les familles sur la base d’un agenda préétabli.

P1020251

P1020283

Working on a similar register of  » Porto Fluviale « , this public building neglected by the Italian national electric operator, is from now occupied on by migrants’ families. The community organized on the basis of mutual self-help, the unused spaces and transformed them into small units of family housing. The ballots of cleaning of the building are insured by families themselves, on the basis of a pre-established diary.

P1020253

  • Coopérative « Vivere 2000″. Via Gustavo Modena. Roma

Visite de la coopérative VIVERE 2000 (Trastevere. Roma) mise en ligne. (Cliquer sur le lien pour accéder à la vidéo). Click on the Link.

L’immeuble de la Piazza Soninno est un ancien couvent du 16 ième siècle légué à la commune de Rome par l’église catholique romaine. Dans les années 50, cet immeuble public de trois étages initialement orienté vers l’usage de logements sociaux, est progressivement laissé à l’abandon par les services sociaux de la ville de Rome. Le délaissement de l’immeuble est total dans le courant des années 80, à la suite du renoncement par la commune de Rome d’un projet de rénovation urbain du secteur.piazza1

L’immeuble est donc totalement vide de tout occupant lorsqu’une occupation illégale initiée par les militants de l’Unione Inquilini, débute le 14 juillet 1989 avec environ 200 squatteurs.P1020345  06092007002Malgré la modicité de leurs revenus, l’ensemble des travaux de rénovation ont été assurés par le groupe des coopérateurs. Dans le cadre légal prévu par la loi de décembre 1998, chacun d’entre eux est intervenu en fonction de ses ressources et compétences propres et non exclusivement sur son propre appartement. Une économie d’échelle de 75% a été réalisée. Récupération et recyclage des matériaux, mise en valeur et mobilisation des savoir-faire techniques des occupants, constituent la matrice du dispositif de rénovation de la coopérative. IMG_7870

Résultat d’un travail de concertation entre les maîtres d’œuvre et les locataires-coopérateurs, l’immeuble compte désormais 12 logements réaménagés, pour une surface habitable de 600m2. La réhabilitation des logements a coûté 272.000 euros à la coopérative. (Soit 17.000 euros par logement). La ville de Rome a pour sa part assuré la rénovation des parties communes (650.000 €).Il s’agit bien de coûts modiques, qui redonnent pleinement son sens à la notion même de logement social, populaire et accessible. Architecte Maurizio Crocco.

The building of Piazza Soninno is a former convent bequeathed to the municipality of Rome by the Roman Catholic Church. In the 50s, this three-storeyed public building initially directed to the use of social housing, is gradually neglected by the social services of the city of Rome. In spite of the lowness of their income, all the renovation work was insured by the squatters-co-workers community. Recovery and recycled materials, development and mobilization of the technical know-how of the occupants, constitute the matrix of the plan for renovation of the cooperative. The building counts from now 12 reorganized flats, for a living space of 600m2. The rehabilitation of housing cost 272.000 euros to the cooperative. (That is 17.000 euros by accommodation). The city of Rome insured for its part the renovation of common areas (650.000 €) .It involves many moderate costs, which restore completely the sense in the notion of social, popular and affordable housing.IMG_7719

  • PORTO FLUVIALE. ROME

Cet ancien casernement du ministère italien des armées situé sur la zone portuaire du Tibre fait depuis 2003, l’objet d’occupations par des familles de migrants de toutes origines géographiques (Maroc, Pérou, Équateur, Roms..). 150 familles environ y résident au quotidien depuis de très nombreuses années. De multiples activités sont initiées par la communauté d’habitants de Porto Fluviale pour tenter d’amorcer un dialogue avec les résidents du quartier : salon de thé, spectacles, travaux culinaires…Porto Fluviale remplit toutes les conditions pour se voir appliquer les dispositions relatives à la loi régionale Lazio sur l’auto-récupération résidentielle de bâtiments publics vacants (L.R. 11 Dicembre 1998, n. 55 (1) Autorecupero del patrimonio immobiliare). Décision qui pour l’heure n’est pas intervenue. C’est donc le statu quo actuel qui prévaut…..

P1020168

This former barracks of the Italian ministry of the armies located on the harbor zone of the Tiber made since 2003, the object of occupations by migrants’ families of any geographical origins (Morocco, Peru, Ecuador, Roms). About 150 families live in the everyday life there, for very numerous years. Multiple activities are introduced by the inhabitants’ community of Porto Fluviale to try to begin a talk with the residents of the neighbourhood : tearoom, entertainments, culinary works … Porto Fluviale satisfies all the conditions to see applying capacities(measures) relative to the regional law Lazio on the residential auto-recycling of vacant public buildings. Decision which for the moment did not intervene. It is thus the current statu quo which prevails….P1020187

POUR ALLER PLUS LOIN:

  • Loi régionale Lazio sur l’autorecupero. (L.R. 11 Dicembre 1998, n. 55 (1) Autorecupero del patrimonio immobiliare).Loi-1998-autorecupero
  • Diaporama sur les coûts de rénovation des immeubles publics en « Autorecupero « 

  • cliquer ici

  • roma-workshop-Juin2015

    « MELTING POT » (chairecoop Team) »  (cliquer sur le lien pour accéder à la vidéo mise en ligne). Click on the link

Document Ville de Rome (2008). En appui de ce document, les services techniques de la Ville de Rome indiquent qu’en comparaison avec le secteur marchand, l’économie d’échelle réalisée pour la rénovation de 200 logements en « autorecupero », est d’1 million d’€ environ.

  • Mas informacines en Castelano sobre : 

http://www2.aq.upm.es/Departamentos/Urbanismo/blogs/re-hab/frente-a-la-especulacion-auto-rehabilitacion/

Trabajo realisado por Angela Martesanz. Arquitecta Urbanista Investigadora del Departamento de Urbanística y Ordenación del Territorio Escuela Técnica Superior de Arquitectura (UPM) Av Juan de Herrera Nº 4, 28040 Madrid.

P1020366

« Selon la légende, Rome fut fondée par Romulus et Rémus, qui, dans leur enfance, auraient été nourris par une louve…. »

Photos Yann Maury. Juin 2015.

P1020162

Chaire habitat coopératif 

ISSN N° 2494-8349  ISSN


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *