« Lendemains de fête » (Barcelone)

CHAIRECOOP annonce la sortie de « Lendemains de fête ». Un film documentaire de Yann Maury

Durée 90 mn. Vo ESP Sous-titres FR. Diffuseur  » Les mutins de Pangée« . Coopérative audiovisuelle.
Bande annonce de  » Lendemains de Fête ».

Version internationale (espagnole) « El Dia después« 

Résumé:  À l’instar d’un Barack Obama faisant campagne en 2008 sur le désormais célèbre “Yes we can ! “, Ada Colau est élue démocratiquement, « Alcadesa » de Barcelone (maire de Barcelone), le 24 Mai 2015, sur le registre comparable du « Si se puede ! » « Oui on peut le faire ! », ainsi que le revendiquent bruyamment ses supporters.
Après le mouvement des « Okupas » des années 80/90 (squatters), puis celui des « Indignés » des années 2000, le mouvement social barcelonais s’est donc doté d’une figure légitime, celle d’une ancienne squatteuse activiste, passée par le collectif «Miles de Viviendas » – (« Des milliers de logements ») entre 2002 et 2007, puis par le mouvement « V de Vivienda » et enfin entre 2009 et 2013 par la « PAH »(1) – littéralement « plateforme des affectés par les hypothèques » ou collectif des victimes des prêts hypothécaires.

P1020491

Avec Ada Colau, c’est en réalité l’ensemble du mouvement social et de la protestation citoyenne, qui a investi par la voie démocratique, la capitale de la Catalogne. La « PAH », organisation autogérée, regroupant les petits propriétaires immobiliers expropriés de leurs logements par les banques, qui tentent depuis 2009, de s’opposer aux évictions dont ils sont l’objet et dont Ada Colau fut la porte-parole nationale, durant cinq ans, avant d’être à ce jour maire de Barcelone.

Barcelone, la « Mecque de l’urbanisme », la « ville des prodiges »(2), louangée et portée aux nues par les élites européennes, devenue depuis les Jeux Olympiques de 1992, le terrain de jeu favori des promoteurs immobiliers et des architectes stars qui s’y sont succédés.

P1020597

1992, date à laquelle Barcelone, d’un urbanisme de la représentativité fondé sur le lien démocratique puissant qui unissait, après la mort de Franco en 1976, le peuple et ses élites, sur le choix négocié des équipements urbains, l’aménagement des quartiers, l’implantation d’équipements collectifs (3), bascule vers un urbanisme de la représentation, au sens cette fois, d’une métropole qui se donne à voir en spectacle, produisant de multiples objets urbains à visibilité forte, mais à usage social faible ; objets urbains qui se négocient au sein de coalitions d’intérêts, dont le peuple est strictement tenu à distance.

Accords qui mêlent, dans le secret des transactions, intérêts publics et intérêts privés et qui sont prioritairement orientés vers un urbanisme spéculatif à la recherche du plus grand profit, au sein d’un marché devenu « total »(4).

P1020846

Coalitions d’intérêts enfin qui, depuis trente ans sur Barcelone et en Catalogne, aux antipodes de la Barcelone humaniste et égalitaire de « l’Ensanche »(5) imaginée dès 1860 par Ildefons Cerda, mais également des démarches coopératives et de l’esprit des luttes syndicales conduites durant la guerre civile par la confédération nationale du travail  de Buenaventura Durruti (CNT – Confederació Nacional del Treball) (6)(7), ont su aisément s’accommoder des alternances socialistes et régionalistes qui s’y sont succédées, sans qu’il soit dérogé un tant soit peu à la ligne politique commune des partis politiques dominants, à leur fascination pour le marché total et aux pratiques affairistes qui en ont découlées. (8)

P1020593

Barcelone et ses quelques 12.307 fonctionnaires municipaux, un budget de 2.800 millions €, une dette publique de 970 millions d’€ pour une population d’ 1,6 million habitants, au sein d’une agglomération de 5 millions d’habitants. Barcelone aussi et surtout pourrait-on dire et ses 31.200 logements inoccupés, alors même que près de 30.000 familles expulsées par les banques demeurent sans logement. Non-sens urbain total, produit par un marché immobilier devenu incontrôlable et «désencastré » de la société des hommes, selon la formule de Karl Polanyi (9).

P1020589

Barcelone est donc depuis le 24 Mai 2015, aux mains d’une ancienne activiste, squatteuse professionnelle, représentante des « sans voix» et des « laissés-pour-compte ». Telle est la situation étrange, paradoxale, pour tout dire, iconoclaste – c’est-à-dire littéralement, «briseuse d’image »- que connait la capitale de la Catalogne, depuis l’élection d’Ada Colau, première femme investie jusqu’en 2019 du mandat de maire de la seconde ville d’Espagne, tête de liste de «Barcelona en comu ». « Barcelone, en commun », avec ses 11 élus sur 41 conseillers. « Si se puede ! » Oui c’est possible !

P1020797

On peut dès lors s’interroger. Forte de sa double légitimité d’activiste du mouvement social et désormais de maire de Barcelone, pouvant s’adosser à l’article 47 de la constitution espagnole (10) qui consacre le caractère constitutionnel du droit au logement, mais également à la loi (24) du 29 Juillet 2015, votée à l’unanimité du parlement régional catalan, qui conforte ce droit au logement, en autorisant les maires à sanctionner financièrement de 90.000€ d’amende, toute banque et toute institution financière qui se rendrait responsable de toute nouvelle expulsion d’une famille, sans lui proposer un relogement, que va entreprendre l’atypique élue, pour lui permettre de passer du registre de la protestation sociale légitime – terrain sur lequel elle a excellé jusqu’ici- au registre de l’action publique légitime – où tout lui reste à faire ?

Réponse dans « Lendemains de fête » . Sortie prochaine.

(1) « Le collectif des victimes des crédits hypothécaires, la PAH – littéralement « la plateforme des affectés par les hypothèques » – a présenté un manuel de désobéissance civile. Un manuel de désobéissance civile, pour mettre en pratique l’exigence selon laquelle les logements vacants à ce jour aux mains des banques et de la SAREB (Sociedad de Gestión de Activos procedentes de la Reestructu-ración Bancaria), se transforment et deviennent un parc de logements locatifs sociaux publics. Oui c’est possible ! » La PAH le 09 juillet 2013

« La PAH presenta el manual de desobediencia civil para recuperar viviendas vacías de las entidades financieras. Un manual de desobediencia civil para poner en práctica la exigencia de que las viviendas vacías en manos de la banca y el SAREB pasen a formar parte de un parque público de alquiler social. Sí Se Puede! » (09/07/2013)

P1020705

(2) « Barcelone, la ville innovante ». Masboungui & Alli. 2010. Ministère de l’écologie & Aula Barcelona

(3) Cf.  » Repensar Bon Pastor« . Tejiendo historias urbanas de Barcelona desde el umbral de las casas baratas. Colectiu. 478 pages. 2016.

(4) Cf. Alain Supiot. « L’esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total ». 2010. le Seuil.

(5) « L’Ensanche de Barcelone, la centralité impossible », Rives nord-méditerranéennes. 1999, mis en ligne le 06 juillet 2004.

(6) Voir le magnifique travail photographique réalisé sur la CNT (Confederació Nacional del Treball) et sur son leader anarchiste Buenaventura Durruti, par Perez De Rosas durant les années de guerre civile à Barcelone.  Cf. « Cronica grafica de Barcelona. 1931-1954. Reportatges Gerra civil « .

(7) Sur la guerre d’Espagne, lire  » Les fils de la nuit. Souvenirs de la guerre d’Espagne« . Antoine Gimenez et alii. 276 pages. Libertalia. 2016. Lire également le dossier  » La Révolution espagnole, les collectivisations en Catalogne (1936-1939). 1ère et 2ième partie. Richard Neuville. Sept-2016. Association AUTOGESTION.

(8) Rappelons par exemple  le cas emblématique de Jordi Pujol, qui fut le tout- puissant président de la région autonome de Catalogne, entre 1980 et 2003 et qui est désormais  mis en examen en 2016 par la justice,  pour blanchiment de capitaux. Les sommes en jeux sont évaluées à 100 millions d’€….Cf. La Vanguardia 30/12/2015. « Jordi Pujol y Marta Ferrusola, citados a declarar como imputados por blanqueo de capitales ».

(9) Karl Polanyi.  La grande transformation. 1944. Gallimard

(10) « Tous les espagnols ont le droit de bénéficier à un logement digne et approprié. Les pouvoirs publics assurent les conditions nécessaires et établissent les normes pertinentes pour rendre effectif ce droit. » Article 47 de la Constitution espagnole de 1978.

P1020712

P1020851

P1020792

ISSN 2494-8349
Chaire habitat coopératif

ISSN

Photos Yann Maury. Barcelone. Octobre 2015.

Chairecoop. ENTPE. Université de Lyon. Rue Maurice AUDIN. 69518. Vaulx En Velin. France.


Une pensée sur “« Lendemains de fête » (Barcelone)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *