« La banque, sa terre et le fermier… »

«  Un homme peut garder sa terre tant qu’il a de quoi manger et payer ses impôts ; c’est une chose qui peut se faire. Oui il peut le faire jusqu’au jour où sa récolte lui fait défaut, alors il lui faut emprunter de l’argent à la banque.

p1030729

Seulement vous comprenez, une banque ou une compagnie, ce ne sont pas des créatures qui respirent de l’air, qui mangent de la viande. Elles respirent des bénéfices ; elles mangent l’intérêt de l’argent. Si elles n’en ont pas, elles meurent (…) C’est très triste, mais c’est comme çà.  On n’y peut rien ».

Les hommes accroupis, levaient les yeux pour comprendre.

Est-ce qu’on ne pourrait pas nous laisser continuer ? L’année prochaine sera peut-être une bonne année. Ils levaient des yeux interrogateurs.

Nous ne pouvons pas compter là-dessus. La banque…. Le monstre, a besoin de bénéfices constants. Il ne peut pas attendre. Il mourrait.

Les hommes accroupis, rabaissèrent les yeux.

p1030948

– Qu’est-ce- que vous voulez qu’on fasse ? Nous ne pouvons pas diminuer notre part des récoltes…Nous crevons déjà à moitié de faim (….)

Et finalement, les représentants en vinrent au fait.

– Le système de métayage a fait son temps. Un homme avec un tracteur peut prendre la place de douze à quinze familles. On lui paie un salaire et on prend toute la récolte. Nous sommes obligés de le faire. Ce n’est pas que çà nous fait plaisir. Mais le monstre est malade. Il lui est arrivé quelque chose au monstre.

p1030815

(…) Le métayer réfléchissait : « c’est drôle tout de même comme sont les choses. Si un homme a un peu de terre, cette terre est à lui, elle fait partie de lui, elle est pareille à lui. S’il a juste assez de terre pour pouvoir s’y promener, pour pouvoir s’en occuper et être triste quand çà ne rend pas, et se réjouir quand la pluie se met à tomber dessus, cette terre c’est lui-même et dans un sens, il en est grandi parce qu’il en est le propriétaire. Même s’il ne réussit pas, sa terre lui donne de l’importance. C’est comme çà ».

p1030753

Et le métayer allait plus loin.

« Mais qu’un homme possède des terres qu’il ne voit pas, ou parce qu’il n’a pas le temps de passer à travers ses doigts ou, qu’il ne peut pas aller s’y promener…..Alors c’est la propriété qui devient l’homme (…) elle est plus forte que lui. Et il est petit au lieu d’être grand. Il n’y a que sa propriété qui est grande….et il en est le serviteur. C’est comme çà aussi » (….)

p1030714

Le métayer. «  Elle a bien un président cette banque et un conseil d’administration. J’remplirai mon barillet et j’irai à la banque.

Le conducteur répondait : Les consignes étaient : « faites produire la terre, sans quoi nous faisons fermer ».

 –    Mais où çà s’arrête-t-il ? Qui pouvons-nous tuer ? J’ai pas envie de mourir de faim avant d’avoir tué celui qui m’affame.

–   J’sais pas. Peut-être bien qu’il n’y a personne à tuer. Il ne s’agit peut-être pas d’hommes. Comme vous le dites.

C’est peut-être la propriété qui est en cause.

En tout cas, je vous ai dit ce que je devais dire ».

John Steinbeck. 1939.  [1]

[1] John Steinbeck. « Les raisins de la colère ». Folio. « Grapes of wrath ». 1939. Prix Nobel 1962. Chapitre V- P.P 48, 49, 56, 57, 58.

p1030817

Photos Yann Maury. Bulington- Vermont (USA) Juin 2016.

 p1030955

p1030961

Yann Maury pour CHAIRECOOP. Novembre 2016.

Chaire habitat coopératif – Chairecoop

ISSN N° 2494-8349  ISSN


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *