La boulangerie du coin de la rue à ANFIELD (Liverpool) GRANDE BRETAGNE

bakeryliverpool-CLT Le programme de coopération sociale dont il est question ici, a été dénommé par ses initiateurs « 2Up-2Down », du nom des maisons du très populaire quartier « d’Anfield », situé au nord de Liverpool.  Ce qui signifie, « Deux chambres en haut, deux chambres en bas ».  

Ce programme a été initié au début de l’année 2011, sous l’impulsion d’une artiste-peintre et activiste hollandaise (Jeanne van Heeswijk), soutenue par les organisateurs de la biennale 2012 de Liverpool et les habitants du quartier. Anfield, qui est l’un des quartiers les plus pauvres de la cité anglaise, était surtout connu jusqu’ici pour accueillir depuis 1884,  le stade du Liverpool FC, où résonne le traditionnel chant de ses supporters « You’ll never walk alone ».

Mais ce n’est pas du stade de football dont il est question ici, mais de la vieille boulangerie « Mitchell », qui a récemment fermé ses portes après 85 ans d’existence, condamnée par un bien illusoire et funeste programme gouvernemental de « rénovation urbaine », engagé depuis 2002. anfield1anfield3

Avec la renaissance de ce site laissé en jachère depuis 2002 par les acteurs institutionnels ( Gouvernement central, opérateurs privés, promoteurs immobiliers) et qui opère désormais sous la forme d’une Community Land Trust (Fiducie foncière communautaire), plusieurs enseignements peuvent être tirés :

homebaked1

  1.  En premier lieu, consécutivement aux années Thatcher et à son programme de vente massive de logements sociaux communaux activé tout au long des années 80 (le « right to buy » enclenche la vente de 2 millions de logements sociaux communaux),  lui succède  l’échec dramatique des politiques de rénovation urbaine engagées en Grande Bretagne depuis 1994 et qui se sont succédées durant les deux mandats de Tony Blair (1996 à 2006) : « City challenge », « Single Renegeration budget »… Politiques publiques envisagées sous l’angle de la « troisième voie » et de la compétition urbaine, sensée associer ressources publiques-privées, décrétées  « d’en haut », sans qu’il ait été jugé opportun d’y associer les acteurs principaux, c’est à dire les habitants eux-mêmes.
  2. A l’inverse, le second enseignement qui peut être opéré est le suivant : il révèle la puissance des dispositifs et projets issus de la coopération sociale, dès lors que les habitants – somme toute les premiers concernés –  se voient conférer pleinement le statut d’acteur collectif , en charge d’agir sur leur avenir.
    3.     Enfin, le programme coopératif dont il est question ici, avec la remise en état de la vieille boulangerie Mitchell et du bâtiment dans lequel est prévue l’implantation de logements abordables, s’apparente par bon nombre des principes d’action qui sont mis en œuvre,  à un autre programme coopératif – fameux celui-là dans les années 1844  – situé en banlieue de Manchester, la ville voisine et grande concurrente de Liverpool : nous voulons parler des « Pionniers de Rochdale ». Coopérative de tisserands ayant fondé les principes d’action de la coopération sociale.

Si une vieille boulangerie s’est ici substituée  à  l’atelier des vingt huit tisserands pionniers, le fil conducteur reste inchangé : entraide mutuelle, participation collective aux processus de décision, sessions de formation et de requalification professionnelle des coopérateurs membres, ouverture des activités sur le quartier en direction des riverains  (commerce d’alimentation) etc…

Alors souhaitons le même succès à la fiducie foncière communautaire (CLT) «2Up-2Down » d’Anfield, que celui de leur illustre ainé de Rochdale ! anfield2

Yann Maury. CHAIRECOOP.

anfield4Voir le lien vers le site du CLT « 2Up-2Down ». Homebaked Community Land Trust  Lire infra  article du New York Times sur le programme coopératif « 2Up-2Down » November 25, 2012.

En version anglaise   anfield6

et en version française : La boulangerie du coin(FR)

  • Un peu d’histoire sur le mouvement coopératif en GB….

La société des «  équitables pionniers » est fondée le 21 décembre 1844 à Rochdale, dans une  commune de la banlieue de Manchester, au sous-sol du 31 Toad Lane, par vingt-huit ouvriers tisserands. « Toad lane », signifie littéralement «  la ruelle du crapaud ». Les pionniers louent ensuite la totalité de l’immeuble jusqu’en 1867. Date à laquelle ils font construire un nouveau magasin central pour 13.500 livres. Le 31 Toad Lane est alors occupé par une manufacture de tabac, puis est vendu en 1870 à un acheteur privé.  A nouveau mis en vente en 1920, le mouvement coopératif anglais (Co-operatives UK) rachète l’immeuble en 1925 et fonde un musée en 1931. A partir de 2012, le musée devient un centre éducatif et de rencontres et donne  lieu à de nouvelles expositions sur le coopératisme.

rochdale3

rochdale4rochdale6

«  L’idée coopérative regardée par les hommes d’État comme une terrible forme de combinaisons politiques ;  par les riches comme un plan de spoliation ; dénoncée en plein Parlement par les économistes politiques ; ayant contre elle la presse et l’église ; cette idée, opposée à celle de compétition et de concurrence, a eu beaucoup à lutter et doit lutter encore pour pénétrer dans le commerce et l’industrie (…) L’opinion prévalait non seulement à Rochdale, mais d’un bout à l’autre du pays, que la coopération était une illusion et que les pauvres gens adonnés à la nouvelle entreprise ne pouvaient être que de dangereux émissaires de quelque conspiration révolutionnaire, des espèces de fanatiques qui couraient à leur propre ruine, étant trop ignorants pour comprendre leur folie et leur danger ».  Georges Jacob Holyoake. 1890. « Histoire des équitables pionniers de Rochdale ».

 CHAIRECOOP  rochdale      rochdale5

rochdale1

Crédits photos & illustrations Homebaked CLT & Rochdale Museum.

Chaire habitat coopératif 

ISSN N° 2494-8349 

ISSN


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *