« RIGAUD », une oasis au cœur (sensible)… des HLM de Valence

 L’histoire de l’association Le Mat, que nous présentons ici démarre dans les années 1986-1988, dans un quartier qui offre au regard un environnement urbain vertical, bétonné et dur : Fontbarlettes à Valence le Haut.

Des militants alternatifs, déjà investis dans la relance de la filière laine en Ardèche (ARDELAINE) et forts de ces pratiques, s’associent à une équipe locale, afin de transposer leurs savoirs faire acquis en milieu rural,  sur ce quartier populaire de Valence classé en « ZUS » (Zone urbaine sensible). MATDROME

Nourrie des valeurs de l’éducation populaire et de la dynamique du « Faire avec », l’équipe comprend très vite que la principale richesse de ces quartiers dits «difficiles »,ce sont précisément les personnes qui y vivent. Miser sur les ressources humaines du quartier sera la clef de voute du développement futur des actions, restaurant ainsi les liens de confiance entre les personnes. Dès le départ, les habitants sont considérés comme responsables et associés pleinement à une dynamique de projet de territoire.  100_1988

Notre méthode, qui entend créer une dynamique organique pour le territoire, s’enracine dans l’œuvre de l’artiste Ben Vautier et de son aphorisme : « Ce que l’on fait, pour les autres, sans les autres, c’est contre les autres ». ( Œuvre exposée au MAC de Lyon pour la grande rétrospective de Ben Vautier, intitulée « Strip tease intégral » en 2010). F2+

De fil en aiguille, nous avons partagé de nombreux  projets avec les habitants et échangé encore avec beaucoup d’autres autour de petits gestes d’embellissement, comme des bacs « squattés » en pied d’immeubles. C’est de ces échanges qu’a émergé l’idée de créer des jardins au beau milieu du quartier. Baptisé « l’Oasis Rigaud », ce projet a vu le jour en 2003 et depuis, ne cesse de s’agrandir sur plus d’1 hectare cultivé en plein cœur de ce quartier populaire de Valence. [1]

F6La démarche d’une localisation des jardins en pied d’immeubles, au milieu des espaces de vie, est prépondérante ; à l’opposé des implantations périphériques qui ne profitent qu’aux seuls usagers et qui ne créent pas de dynamique d’appropriation. C’est également la condition sine qua non pour aboutir à une véritable notion d’échange, de jardin partagé. Le jardin devient un espace où les personnes se construisent pour elles-mêmes et toutes ensembles. Un jardin crée un autre paysage pour tous les autres, alentour ; un espace occupé d’activités positives et structurantes, une mosaïque humaine où de nouveaux liens se tissent harmonieusement. La plus-value  générée par cet écrin de cultures et de biodiversité, au milieu d’un quartier d’habitat populaire, n’est pas quantifiable, tant elle touche au paysage mental et au mieux être économique (par la fonction vivrière), à la paix sociale, à l’image de soi et à l’acceptation des autres.

Dans les jardins, on compte actuellement une cinquantaine de familles du quartier qui occupent chacune une parcelle différente. Plusieurs classes et écoles du quartier y ont également leur propre espace d’activité et de jardinage. Il y a également un groupe de résidents de la maison de retraite riveraine, qui dispose d’une parcelle aménagée, avec des équipements conçus et fournis par l’association pour un jardinage adapté (en fauteuil), une parcelle collective expérimentale pour un groupe en réinsertion sociale, une petite parcelle ouverte à de jeunes actifs du centre-ville, en recherche d’espaces à cultiver et de mixité sociale !

Les deux grandes nouveautés depuis 2011 – hormis l’ouverture aux personnes extérieures au quartier – c’est la mise en place d’une aire de compostage et d’une parcelle de production propre à l’association. Les jardins partagés changent donc de paradigme. D’un projet axé sur le cadre de vie et le lien social, les savoir-faire et être des habitants-jardiniers, nous nous orientons désormais vers un mouvement d’agriculture urbaine et d’aménagement du territoire, mené par une « micro-paysannerie » renaissante.

En effet,  deux filières complémentaires et réellement locales ont été mises en activité :P14

  •  production de compost issu des déchets verts du jardin et des déchets de la table des habitants riverains qui permet d’enrichir les cultures ;
  • production de plants et de cultures de légumes et d’aromatiques (produits qui sont ensuite transformées par nos soins et commercialisées sur les marchés de Valence – bocaux, sirops…) ;

Ceci permet de créer une activité de production et de valorisation des ressources locales et des habitants du quartier, dans une démarche d’autonomie financière progressive pour l’association et de développement de liens avec des consommateurs solidaires extérieurs au quartier.   L’ensemble de ces initiatives découle systématiquement d’une démarche coopérative entre les jardiniers et acteurs bénévoles, les administrateurs et les jeunes salariés en création d’activité. Pour résumer, à l’Oasis Rigaud, la dynamique se nourrit de la participation volontaire et des compétences de chacun. Les personnes impliquées peuvent s’emparer de leur capacité citoyenne. Au final, il s’est construit une authentique coopérative, où chacun profite de la richesse du groupe, sans préjuger de sa position initiale.MATDROME

[1] Plusieurs phases se sont succédées: 3.600 m² en 2003 ;+ 4.000 m² en 2010-2011 ;+ 4.000 m² (cour d’immeuble reconvertie en jardin paysager et potager en 2011-2012) ;+ 1.000 m² de jardins partagés entre habitants et scolaires en création pour 2013-2014

P6

Contact. Xavier. Association Le Mat Drôme. 4 allée Séverine 26000 Valence.

Courriel : mat.valence@gmail.com 

Site internet : http://mat.valence.over-blog.org

Crédits photos Association le Mat Drôme. CHAIRECOOP. Juillet 2013.

  • A lire également : de Flaminia Paddeu. Doctorante en géographie, Laboratoire ENeC (Espaces, Nature et Culture), chargée de cours, Université Paris IV Panthéon-Sorbonne, 156 avenue Jean Jaurès, 75019 Paris, Courriel : paddeu.flaminia@gmail.com « L’agriculture urbaine dans les quartiers défavorisés de la métropole New-Yorkaise: la justice alimentaire à l’épreuve de la justice sociale », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement. http://vertigo.revues.org/12686

Chaire habitat coopératif

ISSN N° 2494-8349  ISSN


Une réponse sur “« RIGAUD », une oasis au cœur (sensible)… des HLM de Valence”

  1. Bonjour,
    Le dimanche 29 mars, à 14 h 30, à la salle des fêtes de Châteaudouble, dans
    le cadre des journées annuelles interparoissiales rurales (paroisses protestantes de la plaine de Valence), nous aurons une conférence débat sur le thème des jardins partagés et citoyens de Valence le Haut.
    Dans ce cadre, pour illustrer l’affiche, je vous demande l’autorisation d’utiliser une des photos de votre site Internet.
    Par avance je vous en remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.