A propos des populations Roms…

enfants-amaranthesPour sortir des discours simplistes et clivant sur les populations Roms – par ailleurs citoyens de l’Union Européenne – et afin d’enclencher des solutions rationnelles en réponse aux conditions d’habitat illégal et irrégulier qui leur sont faites à ce jour, (anachronisme, que l’on aurait pu croire réservé aux années cinquante et à la figure tutélaire de l’abbé Pierre), la méthode comparative, en tant que pratique de recherche scientifique[1],  permet de sortir par le haut de ce type de controverse.

Chaire habitat coopératif 

ISSN N° 2494-8349  ISSN

La méthode comparative permet en effet de vérifier selon quels procédés des problèmes publics similaires sont appréhendés et traités par d’autres sociétés et institutions que les nôtres; ou pour le dire autrement, l’analyse comparative a pour principal objectif  «  d’éviter l’enfermement ethnocentrique et d’atteindre un certain degré de généralité »[2]. [3]

Du travail et du parcours de recherche accompli toutes ces dernières années sur différents sites européens[4], il ressort que dans le secteur de l’habitat populaire et abordable, les pratiques coopératives ont largement fait preuve.

Ainsi, les mouvements militants italiens de défense du droit au logement  (à Rome notamment dès 1998, avec la loi régionale sur « l’autorecupero », mais on retrouve également ce type de démarche en Amérique du Sud en Argentine, en Uruguay..), ont produit de multiples formules habitatives innovantes (auto récupération résidentielle et auto construction), basées sur des éléments de valeur non financière telle que l’entraide mutuelle et la confiance réciproque,  qui offrent des perspectives très fructueuses.

Ces pratiques foisonnantes sont relatées dans notre ouvrage collectif publié chez Bruylant. « Les coopératives d’habitants. Méthodes, Pratiques et Formes d’un autre habitat populaire ». Bruylant Editions (2009 et 2011)  http://fr.bruylant.larciergroup.com/auteurs/123264/yann-maury.html

Afin de poursuivre ce  » travail d’administration de la preuve«  (Durkheim), nous présentons ici en libre accès, deux textes publiés dans cet ouvrage, qui portent sur des pratiques d’habitat coopératif engagées en Italie, avec la participation active des populations Roms.

Mais, bien entendu, engager une démarche coopérative avec des populations fragilisées – quelles qu’elles soient –  revient à contractualiser avec celles-ci, tout un ensemble de transactions et de conventions sociales, sur la base de droits et d’obligations mutuelles, donc d’engager un travail de reconnaissance et de légitimation qui confère en retour à ces populations, une existence légale sur la durée.  Processus vertueux qui permet en parallèle, de scolariser les enfants, d’engager des programmes de formation professionnelle avec les adultes, de soins etc…) et au final, de combattre la précarité.

De ce point de vue, la question qui devrait plutôt être posée ici est : existe-t-il  en France, des volontés politiques en provenance d’horizons diversifiés qui soient suffisamment fortes et affirmées, pour permettre d’engager ce type de démarches, qui nécessitent une inscription sur la durée ?  En tout état de cause et fort de ces pratiques coopératives de l’habitat qui sont désormais bien connues, la solution du déplacement (évacuation/expulsion) expéditive socialement et coûteuse en termes de finances publiques, ne saurait tenir lieu ni de voile d’ignorance et encore moins de politique publique.

  • Dans le cadre de ce travail d’analyse sociologique comparée, vous trouverez également ici deux beaux textes sur les conditions d’existence effective et contemporaine, faites aux populations Roms, dans la capitale italienne. Lire l’article d’Adriana Goni Mazzitelli. « Rome, l’immigration au secours de la ville éternelle ».ENT_9579

Extraits: « Le flux croissant d’immigrants étrangers dans la capitale italienne a entraîné une série de phénomènes originaux que le Laboratorio Arti Civiche et le Dipartimento di Studi Urbani de l’université Roma Tre a choisi d’étudier. Pour cela, il a mené plusieurs recherches-actions dans ce qu’il appelle la « pidgin city », quartiers de squats d’immigrants, envisagés dans leurs relations avec les quartiers consolidés de Rome… » Lire la suite dans l’article d’Adriana Goni Mazzitelli ( membre de CHAIRECOOP) traduit par Agnès Sander, « Rome : l’immigration au secours de la ville éternelle », Métropolitiques, 25 juin 2012. http://www.metropolitiques.eu/Rome-l-immigration-au-secours-de.html

  •   Francesco Careri. (LAC). « Rom, ou de l’impossibilité d’être un figurant« .

Extraits : « Les figurants sont la nuit du cinéma lorsque le cinéma se veut un art pour faire briller ses étoiles », écrit Georges Didi-Huberman dans le numéro 9 de la revue De(s)generations dédié aux figurants. Il poursuit : « ils seraient les non-acteurs par excellence […]. Ils sont à l’histoire qui se raconte quelque chose comme une toile de fond constituée de visages, de corps, de gestes ». C’est à partir de cette phrase que je me suis demandé si les Roms peuvent rentrer dans la catégorie des figurants. Il est bien entendu que les Roms n’ont jamais été protagonistes de l’Histoire, mais toujours repoussés en son fond. Ils n’ont jamais écrit leur propre Histoire, et la nôtre, on le sait, a toujours exclu les vaincus, les masses et les misérables.(…) Lire la suite dans : Rom, de l’impossibilité d’être un figurant Texte traduit de l’italien par Xavier Vert.

ROMSVoir également un ensemble de vidéos réalisées par le LAC. Roma 3 :

Yann Maury. CHAIRECOOP. Crédits photos YM. Sauf  » Enfants Roms à Lyon« . Pierre Michel. Association Brind’Guill.

  • A ce jour en France, 394 campements illicites étaient recensés à l’été 2013, dont 153 en Île-de-France (Dihal)[5]

La France comptait précisément 394 campements illicites, abritant 16 949 personnes, selon les chiffres de l’enquête semestrielle menée par la Dihal durant l’été 2013 et rendue publique ce vendredi 27 septembre à l’Assemblée nationale, dans le cadre d’une journée d’échanges sur la question. Avec 153 campements (6 956 personnes), l’Île-de-France est la région qui concentre le plus de bidonvilles. Elle est suivie par le Nord-Pas-de-Calais avec 54 campements (3 116 personnes), Paca avec 41 campements (1 250 personnes). Les Pays-de-la-Loire, le Languedoc-Roussillon et la région Rhône-Alpes sont également très concernés avec respectivement, 36, 28 et 35 campements. Plus précisément, au plan départemental, la Seine-Saint-Denis regroupe 20 % des habitants des campements du territoire national (62 bidonvilles, 3 396 personnes). Le Nord compte 41 campements (2 790 personnes), la Loire-Atlantique 36 (1 469 personnes), les Bouches-du-Rhône 38 (1 120 personnes) et l’Essonne 28 campements (1 054 personnes). L’enquête menée par la Dihal relève aussi que plus de 4 300 enfants vivent dans ces campements. Au moins 1 300 personnes ne disposent d’aucune forme de traitement des déchets et 3 700 vivent sans point d’eau. Autres observations de la délégation : près des deux tiers des campements sont situés sur des terrains publics et un tiers sont concernés par une décision de justice. [6]


[1] Lire Chloé Vlassopoulou, 2000, « Politiques publiques comparées. Pour une approche définitionnelle et diachronique », Les méthodes au concret. P 125 et suiv.(Collectif).  Puf.

[2] Dogan & Pelassy, 1982, « Sociologie politique comparative. Problèmes et perspectives ». Economica. Cité par Vlassopoulou. Op Cit. P 126

[3]  » La comparaison n’est pas une technique à proprement parler (…) La comparaison a bien un statut de stratégie de recherche et non de méthode stricto sensu (…) C’est fondamentalement par la voie du détour, accepter d’ébranler les certitudes inscrites dans nos catégories constituées, consentir à réviser nos manières de penser, de sentir et d’agir et, in fine, renoncer à l’assurance tranquille et parfois arrogante qui caractérise les savoirs ethnocentrés ».Cf. Stratégies de la comparaison internationale. Lallement & Spurk. 2003. CNRS. Edition. P.P 304. 307. En outre, se référant à Durkheim (1895), Raymond Boudon rappelle que la «  sociologie ne peut être que comparative et méthodique » et qu’elle «  se confond donc avec la méthode sociologique ». Dictionnaire de sociologie. Boudon et alii, p 38, 2003, Larousse.

[4] Cf. Yann Maury, Octobre 2006, «  Le logement social dans quatre métropoles européennes : Londres, Rome, Berlin, Barcelone. Le rôle des associations ». 2001 Plus, Veille internationale. http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1204/files/2013/02/2001PLUS66.pdf &  « Faut-il réinventer le logement social et populaire en Europe ? Le rôle des associations. » 2006, Edition du Certu.

[5] Dans le cadre du suivi de la mise en œuvre de la circulaire du 26 août 2012, la Dihal adresse chaque semestre à l’ensemble de ses correspondants départementaux un questionnaire sur la présence de campements illicites. Plus de 80 % des correspondants ont renseigné l’enquête.

[6] Sources : dépêche AEF n° 12059. Claire Boulland. Paris, vendredi 27 septembre 2013.


Une réflexion au sujet de « A propos des populations Roms… »

  1. Merci, Yann pour cet éclairage. Il est vrai que les contrats basés sur la réciprocité vont sortir du grain à moudre des marchands de la peur (hommes politiques et vendeurs de systèmes de sécurité).

    Malheureusement notre société cherchera d’autres boucs émissaires, dont elle a tellement besoin pour se donner bonne conscience.

    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *