USA. « Avis de gros temps » sur BALTIMORE

baltimore3La démolition programmée, pour les deux années qui viennent, par la municipalité de Baltimore (État du Maryland sur la côte Est des USA), de quelques 1500 maisons laissées à l’abandon, sur un territoire peuplé de quelques 630.000 habitants, pourrait être présentée comme très anecdotique, ou tout simplement, comme « allant de soi »…baltimore4

Chaire habitat coopératif 

ISSN N° 2494-8349  ISSN

 

De solides bâtiments construits en bonne brique rouge, datant de la fin du XIXième siècle, agréables à vivre, vont être rasés. baltimore2

 

baltimore1Ainsi qu’en témoigne Ben Marcin, l’auteur des documents photographiques qui sont présentées ici :

Ma femme et moi vivons dans  l’un de ces très élégants bâtiments isolés de trois étages construits à Baltimore en 1880. Il s’agit de l’une des 21 habitations similaires qui constituent un solide ilot urbain. Ces immeubles, lorsqu’ils ont pu être préservés au cours du temps, sont magnifiques à vivre : plafonds de douze pieds, murs de plâtres épais, maçonnerie de grande qualité, dessinés pour durer éternellement, de magnifiques détails ornementaux à l’intérieur du logement et à l’extérieur – ils ne font plus de logements comme cela désormais… ”  [1]

 

Paradoxalement, ces dépenses  évaluées à 22 millions de dollars US,  viendront grever les déficits colossaux que connaît la ville de Baltimore. Elles s’ajouteront pour la ville propriétaire de 20% des immeubles à démolir, aux frais de déménagement et de relogement des familles de squatters et des propriétaires privés concernés.  (Soit une moyenne de 13.000 dollars par logement démoli)

 Que penser d’une telle décision publique ? Quelle en est la nature ? Faut-il à nouveau faire référence à l’antienne de la « crise » (!) immobilière et financière que connaissent les USA depuis 2007 ? Que vaut cet argument à l’analyse des faits ?

En réalité, la société américaine n’est pas confrontée à une « crise ».  Ainsi qu’a pu l’analyser avec très une grande clairvoyance – il y a près de 70 ans – Karl Polanyi dans son ouvrage de référence[2], la logique de marchandisation qui irrigue en profondeur la société américaine dans toutes ses composantes, joue simplement à plein. La société de marché américaine obéit ici aveuglément au principe suivant : Ce qui est jugé pas ou plus rentable doit laisser la place ; quels que soient les coûts sociaux directs ou induits.  philadelphia3

Second élément de réponse, les arguments invoqués dans le répertoire de légitimation des élus locaux en charge de la conduite de ces programmes dits de « rénovation urbaine »,  sont toujours rigoureusement identiques. A Barcelone[3], à Lyon[4], à Rome, à Londres, à Berlin[5], à New York[6], à Liverpool [7]… et ici à Baltimore, pour la maire démocrate  Stéphanie Rawlings-Blake[8], « le but à atteindre est de renouveler et de renforcer nos quartiers »[9]. La démolition préalable d’immeubles, par ailleurs de grande qualité,  importe peu. L’essentiel est ailleurs et répond à un principe d’action clairement revendiqué : tout ce qui n’entre pas dans le cadre du processus de renouvellement urbain supposé ou qui peut y faire obstacle, doit être écarté du chemin.

camden2 Norme d’action que confirme sans aucune ambiguïté la maire démocrate de Baltimore : «Quand intervient le changement et que la demande du marché n’est pas là immédiatement, cela laisse la place au malaise, car le futur est incertain (…) Le calendrier de démolition, qui est l’une des composantes du programme du maire, doit débarrasser Baltimore, pour les dix années qui viennent, d’une bonne partie des 16.000 logements et maisons vacantes. Le but à atteindre est d’évaluer de façon systématique le patrimoine immobilier vacant, de restaurer ce qui est viable et de démolir tout ce qui n’entre pas dans le processus de création de sites, dans la perspective d’une redynamisation éventuelle ».[10]

 Question subsidiaire : que  deviennent les populations directement concernées par ces démolitions ? Réponse de l’élue de Baltimore en responsabilité du logement et du foncier :

« C’est une tâche très sensible et nous disposons de professionnels spécialistes de la re-location qui travaillent au cas par cas pour aider au mieux les gens à trouver ce qui leur convient, ainsi qu’à leur familles. Nous aimons l’idée qu’ils demeurent dans la cité, mais ils peuvent aller où ils veulent. Ils peuvent aller en Alaska, s’ils le souhaitent ! »[11]

 philadelphia4Au fond et à l’analyse, il en est du plan de démolition des immeubles vacants de Baltimore, par ailleurs hautement problématique du point de vue de son empreinte écologique[12], comme des coupes budgétaires réalisées dans les programmes sociaux par la maire Stéphanie Rawlings-Blake : fermeture des centres sociaux et de loisirs, suppression du financement de programmes d’aide sociale, réduction des retraites des agents municipaux, fermeture de casernement de pompiers  dans les secteurs les plus pauvres de Baltimore[13] ;  mais à l’inverse, augmentation des dotations pour les services de la police municipale et surtout, mise en œuvre d’une très généreuse politique de dégrèvement fiscal, au profit d’opérateurs privés engagés sur des opérations commerciales très contestées. Les dégrèvements accordés au secteur privé sont ainsi évalués à 22 millions de dollars US, alors que le retour fiscal opéré dans le budget de la ville, n’est que de 250.000 dollars US[14].

En toute situation, la société de marché n’a qu’un seul crédo : le marché. baltimore5

 Baltimore va-t-elle connaître un destin comparable à celui d’autres  grandes villes américaines telles que Detroit, désormais déclarée en banqueroute et placées sous l’autorité d’un « administrateur financier d’urgence » [15] ?

Une chose semble certaine : la démolition programmée de 1500 immeubles, certes anciens, mais à ce titre, composante à part entière de la brève histoire patrimoniale et immobilière des USA, ne saurait tenir lieu de politique publique, à la rigueur de cautère sur jambe de bois.

 Yann Maury . CHAIRECOOP

Sources :

  •  Mark Byrnes. « Heartbreaking Photos of Lonely Rowhouses ». The Atlantic Cities. Sept 03, 2013
  •  Yvonne Wenger.  “City to raze hundreds of vacant houses in stepped-up plan”. The Baltimore Sun. 16.8.13
  • Philippe Bovet. “Architectes, ne cassez rien ! » Le monde diplomatique Juin 2012. destruction-MD-juin12
  • John Nichols. « Nous avons perdu Detroit ». Le monde diplomatique. Octobre 2013. detroit-USA-MP-oct13

Pour des analyses complémentaires, se reporter aux deux autres chapitres consacrés aux USA en page 2 du carnet CHAIRECOOP.


[1]  The Atlantic Cities. Mark Byrnes. « Heartbreaking Photos of Lonely Rowhouses ».Sept 03, 2013. http://www.theatlanticcities.com/housing/2013/09/haunting-photos-lonely-rowhouses/6711/

[2] Polanyi Karl, 1944. La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps. 1983. Gallimard.

[3] Cf. nos travaux sur le quartier populaire de Bon Pastor. CHAIRECOOP. Chapitre Espagne.

[4] Sur Lyon cf. billet chairecoop sur « Les jardins d’Amaranthes ».

[5] Cf. Yann Maury. 2006. “Le logement social dans la métropole européenne. Le rôle des associations. Londres, Rome, Berlin, Barcelone”. Les cahiers du CPVS. 2001PLUS66

[6] Cf. Les travaux de l’association de sans abri de NewYork. “Picture the Homeless”. Voir le site : http://www.picturethehomeless.org/

[7] Voir les travaux entrepris par le Community Land Trust “2 up & 2 down” sur le quartier populaire d’Anfield Road. http://www.2up2down.org.uk/

[8] Lire l’intéressant parcours politique suivi par le maire démocrate de Baltimore Stephanie Rawlings-Blake, nommée en Février 2010, à la suite de la condamnation de son prédécesseur pour détournement de fonds. http://en.wikipedia.org/wiki/Stephanie_Rawlings-Blake

[9]But the goal, she stressed, is renewal and strengthening our neighborhoods”.Cf. Yvonne Wenger.16.8.13.  “City to raze hundreds of vacant houses in stepped-up plan”. The Baltimore sun.

Read more: http://www.baltimoresun.com/news/maryland/baltimore-city/bs-md-ci-vacants-demolition-20130816,0,2577580,full.story

[10] “When change comes and when there isn’t an immediate market demand, it leaves a lot of unease because the future isn’t certain (…) The demolition schedule is part of the mayor’s Vacants to Value program, which she calls a data- and market-driven approach to ridding Baltimore of a sizable portion of its 16,000 vacant, blighted houses over the next 10 years. The goal is to systematically assess vacant houses, restore those that are viable, and demolish whole swaths of those that are not, in the process creating sites for eventual redevelopment”. Idem. The Baltimore Sun.

[11] « « It’s very sensitive work, and we have professional relocation specialists, who work one-on-one to help people find what fits the needs of their family best, » said Julie Day, deputy housing commissioner for land resources. « We love when they stay in the city, but they can go wherever they want. They can go to Alaska if they want ».  Ibidem. The Baltimore Sun.

[12] Lire sur le sujet de la démolition et de ses conséquences écologiques, l’article très documenté : “Architectes, ne cassez rien ! » Philippe Bovet. Le monde diplomatique Juin 2012. destruction-MD-juin12

[13] “Rawlings-Blake credits her reforms to the city pension for saving $64 million yearly. The mayor has made extensive cuts to city social welfare programs, with cuts to funding for prisoner reentry programs and the elimination of the city’s offices of Community Development and Community Relations. In 2012, to close the budget deficit, the mayor closed 3 fire stations, two of them serving Harlem Park/Sandtown-Winchester and Berea/Clifton are among Baltimore’s poorest communities”. http://en.wikipedia.org/wiki/Stephanie_Rawlings-Blake

[14] Mayor Rawlings Blake is hawkish in her support for new development efforts centered around Downtown and the Inner Harbor. The mayor has continued the economic policies of her two predecessors, offering lucrative tax incentives to Baltimore Development Corporation approved developers. TIF and PILOT have benefited a small number of developers and have been widely concentrated in the Inner Harbor East and Harbor Point developments. The mayor has maintained her support for the controversial Westside Superblock development, offering the New York and Atlanta based development team $22.1 million worth of tax breaks, with only $250,000 required in payments to the city. http://en.wikipedia.org/wiki/Stephanie_Rawlings-Blake

[15] Lire « Nous avons perdu Detroit ». John Nichols. Le monde diplomatique. Octobre 2013. detroit-USA-MP-oct13


2 réflexions au sujet de « USA. « Avis de gros temps » sur BALTIMORE »

  1. Baltimore’s destruction of homes and communities is considered « normal, » as it is in so many other cities of the United States, a necessary precondition for the revival of the housing market. At the same time the « healthy » markets like New York City have thousands of vacant housing units that receive tax subsidies, the result of a global speculative market that uses housing as, first of all, an investment, and only incidentally as a place for people to live and thrive.
    Tom Angotti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *