ITALIE. « L’autorecupero » a-t-il à un avenir à Rome ?

massimo4Après l’élection du nouveau maire de Rome Ignazio Marino (Parti démocratique ) en Juin 2013, va-t-on assister à une renaissance de « l’autorecupero » (auto récupération de batiments publics) à ROME ? Massimo Pasquini, secrétaire national de l’Unione Inquilini (union des locataires)de Rome, initiateur de la loi sur  » l’autorecupero »  en région Lazio (1998), répond à CHAIRECOOP et nous fait part de son analyse sur l’avenir de « l’autorecupero » à Rome.DSCN4960

Chaire habitat coopératif 

ISSN N° 2494-8349  ISSN

massimo7

« Je vous envoie une réponse qui tente de répondre de la manière la plus complète possible à la question posée par yann Maury, sur  l’attitude du nouveau maire de Rome Marino face à la question de « l’autorecupero » à Rome.

Le nouveau Maire Ignazio Marino [1], avait déjà fait quelques déclarations programmatiques qui rappelaient la nécessité de procéder à une « régénération urbaine alternative » de Rome, à la nécessaire « cimentification » d’un territoire, qui a surtout produit jusqu’ici des pannes et qui n’a pas été en mesure de répondre à la question importante de la précarité habitative vécue par les Romains, dont les expulsions constituent la partie visible de l’iceberg.DSCF4998

P1010951Mercredi 18 décembre 2013, l’union Locataires de Rome (Unione Inquilini) a organisé une réunion de travail intitulée  : « l’Autorecupero possibile » (l’auto-récupération possible) à proximité de l’Hôtel de Ville, dans le 5ième arrondissement,  avec pour objectif de relancer la question de la récupération et de « l’autorecupero » du vaste patrimoine public romain, qui demeure inutilisé et qui se dégrade, alors que dans le même temps, des dizaines de milliers de familles romaines vivent dans un habitat précaire.DSCN4967DSCF3701

Ce mercredi 18 décembre 2013 s’est engagée une discussion serrée et profitable parmi les représentants des différentes coopératives « d’autorecupero » qui étaient présents : « Vivere 2000 », la coop « Corallo », l’adjoint ancien au patrimoine de la Région Lazio Bonadonna, (celui-là même qui fit voter en 1998 la loi régionale en faveur de l’autorecupero), Dante Pomponi, adjoint ancien de la Commune de Rome aux banlieues avec délégation à  « l’autorecupero », la coop « Cologno » de la rue Tor de schiavi 101 et de l’association « Bleue », Fabius Alberti, segr. de  Rifondazione et premier Président de la coopérative  »’chi non occupa preoccupa  » de Bologne ; et ils étaient nombreux, présents dans la salle, expulsés et représentant d’associations, tous engagés en faveur du droit à l’habitat, et enfin parmi eux, un représentant d’une coopérative de la ville de Monza.P1010946 DSCF4997

Nous sommes partis du contenu de la loi, en retraçant cette période importante pour le droit à l’habitat que furent les années 90, en rappelant également les occupations d’immeubles publics qui sont intervenues au même moment et au terme desquelles 12 accords furent signés avec des coopératives, pour leur permettre d’autorecuper les immeubles. DSCF4401DSCF5490

Ces expériences passées ont démontré que l’autorecupero est justement « possible ». Ce n’est pas par hasard que les techniciens de la commune de Rome, après avoir effectué la vérification des travaux dans les coopératives, ont attesté que  » les travaux sont faits dans les règles de l’art et mieux que dans les logements sociaux et qu’en plus cela coûte moins  cher !  »DSCF4905_BC_P9

DSCF4917_BF_P10Certaines interventions dans le débat ont souligné que les administrations communales et régionales passées à droite ces dernières années (Alemanno à Rome) et Polverini (en région Lazio) ont fait table rase de la proposition  de loi sur l’autorecupero ; sans oublier de mentionner que la commune sous la mandature Alemanno n’a pas donné suite à l’appel d’offre public qui était déjà prêt, devant conduire à l’autorecuperation de 9 immeubles, qui a été annulé et pas au hasard ; et qu’enfin, la ville a même dû payer  des amendes pour ces projets d’autorecupero d’habitations annulés, dont, conformément à la loi, les parties portantes devaient être restructurées.

Rome, comme je l’ai déjà dit plus haut, dispose d’un patrimoine public immense,  mais qui demeure fermé, qui se dégrade et sur lequel s’amoncèlent les nuages des politiques dites de « valorisation », qui ne sont pas autre chose que des politiques de liquidation, au profit exclusif de la spéculation immobilière et de la rente.DSCF3619

Nous, et tous ceux qui opèrent dans la réalité, c’est à dire dans le champ de l’autorecupero et de la lutte pour le droit au logement, nous voulons être porteurs d’une initiative forte, qui peut être expliquée par la requête suivante :  moratoire – pour au moins 10 ans-  de tout plan d’urbanisation sur les zones en question et mise en place d’un plan stratégique fondé sur la récupération et « l’autorecupero »  (c’est-à-dire sur le patrimoine qui est déjà construit), en partant des immeubles publics ou sous contrôle public, qui relèvent du domaine civil et militaire, de la région, de la commune et de la province. Plan stratégique relatif au  patrimoine public existant, qui doit viser à satisfaire les exigences des habitants de Rome dans le domaine du logement social.P1010945 DSCF4501_BG_P8

L’assemblée s’est conclue avec la volonté commune de reprendre l’initiative, « d’unir le front » et d’engager une lutte avec la commune et la région, en vue de l’application de la loi, pour la préemption d’immeubles et le lancement de nouveaux appels d’offres publics. Nous avons pris l’engagement commun de nous rencontrer de nouveau en janvier 2014, pour poursuivre l’initiative commune.

Nous avons également l’intention d’élaborer un « livre blanc », dans lequel seront localisés au moins 40 bâtiments publics vides, dégradés et abandonnés et de proposer aux autorités locales qu’ils fassent l’objet de projets immobiliers « d’autorecupero ». Enfin, nous avons convenu d’une proposition de réunion internationale sur le projet de « l’autorecupero », en collaboration avec l’Université de Rome. Pour réussir tout cela, il est nécessaire de faire front commun avec toutes les coopératives (Mosaico, Diametro, Inventare l’abitare, Vivere 2000), l’Unione Inquilini et les mouvements, pour permettre un « chemin commun ».

P1010948Enfin je vous envoie l’ordre du jour rédigé par l’U.I de Rome et présenté au Conseil municipal à l’occasion de la deuxième journée nationale « zéro expulsions » du 10 octobre 2013 ; ordre du jour que la Mairie de Rome a approuvé le 29 octobre 2013 ; voici le texte intégral, qui fait état également d’un engagement ferme du maire sur la question de l’autorecupero. »

Massimo Pasquini. Sect Unione Inquilini. Roma. 19 décembre 2013.massimo1DSCF4908_BC_P9DSCN4966

Mis en ligne Février 2014. Photos des chantiers de coopératives d’autorecupero situés respectivement Via de Grenet et Grotta Perfetta. Roma. Crédits photos CHAIRECOOP. Pour d’autres informations sur les coopératives de logement en ITALIE  et sur « l’autorecupero », cf infra CHAIRECOOP.http://chairecoop.hypotheses.org/95

________________

MOTION n° 50 du 29 octobre 2013 (ex article.109 du règlement du conseil municipal de ROME)

__________________

ETANT DONNE QUE :

2006_0531Image0001La ville de Rome vit une situation habitative dramatique et que sur son propre territoire persiste une forte précarité locative, due à la carence d’une politique qui se serait fixé comme objectif principal une réponse à la demande réelle des citoyens;2006_0531Image0003

nous avons assisté au cours de ces dernières années à un développement hétérogène du territoire qui n’a pas produit de réduction de l’inconfort des logements, de même que la crise économique a provoqué une augmentation vertigineuse des expulsions pour impayés de loyers;2006_0531Image0002

Chaque année environ 7.000 sentences d’expulsion sont émises par le tribunal et  que les familles inscrites sur les listes d’expulsion au 31 décembre 2012 sont au nombre de 30.000 environ, pendant que 2.500 correspond au nombre d’expulsions réellement exécutées tous les ans avec recours à la force publique.

Le mois d’octobre est à l’échelon international le mois de mobilisations extraordinaires en faveur de la campagne « Zéro expulsion » , qui depuis 10 ans engagent tous les pays du monde;P1010931

Des initiatives ont été prises dans une soixantaine de villes italiennes et ont produit un fort impact politique et médiatique.2006_0531Image0008

À Rome un certain nombre d’actions ont vu le jour : piquets anti expulsions, manifestations ; en Préfecture et dans six mairies d’arrondissements, convocation de Conseils Municipaux ouverts au public.DSCN4934

sur proposition de l’union Locataires,  le 10 octobre est devenu la Journée nationale   » zéro Expulsion » en Italie;

Le but de cette journée est d’inscrire dans l’agenda politique national la question des “expulsions”, en soulignant la nécessité d’une suspension de celles-ci en raison d’arriérés de loyers.

Il est nécessaire que le gouvernement et que le Maire de Rome Capitale se joignent au mouvement, afin d’affronter le problème de la précarité de habitat dans toutes ces composantes.2006_0531Image0015

L’ASSEMBLEE DU CAPITOLE

– Il est demandé au maire de Rome de procéder à la suspension des expulsions non seulement pour fin de contrat de location – ce qui est déjà acté – mais aussi pour dettes de loyers

– prie instamment le maire d’envoyer au gouvernement une demande de suspension des expulsions pour arriérés de loyers et qu’il demande aux groupes parlementaires et au gouvernement l’ouverture urgente et coordonnée de politiques et de programmes sur le thème de l’habitat, afin de mettre fin  à l’émergence de politiques qui ont créé une distorsion importante, laissant les communes seules face à la propagation de l’insécurité et afin de s’engager à soutenir les programmes de logements publics des bailleurs sociaux ;Digital image

-Engage le maire à faire en sorte que la commission d’évaluation des expulsions instituée par la loi régionale, devienne effective et soit l’instrument d’une baisse des expulsions, permettant un traitement au cas par cas.

-il est demandé au maire et au conseil municipal de procéder, avec l’aide des mairies d’arrondissement et la participation active des associations, comités de citoyens, unions de locataires, d’effectuer un inventaire des immeubles publics, y compris ceux qui relèvent du domaine civil et militaire qui sont actuellement inutilisés, de telle sorte qu’ils puissent être réaménagés afin d’affronter la précarité locative.DSCN4904

-Il engage le maire à trouver, avec l’aide d’Associations, Comités et Syndicats, la meilleure manière d’affronter la plaie des contrats de location au « noir », afin de se confronter à l’évasion fiscale dans le secteur de l’habitat, avec comme objectif de trouver les ressources destinées aux politiques du logement public, dont la ville a un grand besoin.

___________________________________

La motion présente a été approuvée le 29 octobre 2013 par le conseil municipal réuni en assemblée au Capitole, 22 voix pour, 6 contre et 2 abstentions.DSCN4931 F.to: Peciola, Ghera e Caprari

________________________

 

 

 

P1010944 __DSCN4923________________________________

Mozione n. 50 del 29 ottobre 2013

(ex art.109 del Regolamento del Consiglio Comunale)

____________

PREMESSO CHE

– la città di Roma vive una situazione abitativa drammatica e sul proprio territorio persiste una forte precarietà alloggiativa, dovuta ad una mancanza di politiche che si ponessero come obiettivo principale il fabbisogno reale dei cittadini;

– abbiamo assistito negli anni ad uno sviluppo scoordinato del territorio che non ha prodotto riduzione del disagio abitativo e che la crisi economica ha fatto registrare inoltre,l’aumento vertiginoso degli sfratti per morosità;

– ogni anno sono emesse dal tribunale circa 7.000 sentenze di sfratto e che le famiglie collocate nelle graduatorie al 31 dicembre 2012 sono risultate essere circa 30 mila, mentre 2.500 sono gli sfratti eseguiti ogni anno con l’ausilio della forza pubblica;

– il mese di ottobre è a livello internazionale il mese delle mobilitazioni straordinarie della campagna « Sfratti Zero » che da oltre 10 anni impegna tutti Paesi del mondo;

– si sono svolte iniziative in oltre sessanta città italiane con un grande impatto politico e mediatico;

– a Roma ci furono picchetti antisfratto, manifestazioni, presidi in Prefettura e ben sei Municipi convocarono Consigli Municipali aperti e approvarono importanti Ordini del Giorno, il 10 ottobre, su proposta dell’Unione Inquilini, è diventata la Giornata nazionale « Sfratti Zero » in Italia;

– lo scopo è quello di inserire nell’agenda politica nazionale la questione « sfratti », sottolineando la necessità di una sospensione dei medesimi anche per morosità incolpevole;

– è necessario che giunga al Governo e al Sindaco di Roma Capitale la sollecitazione ad affrontare la questione della precarietà abitativa in tutti i suoi contesti;

L’ASSEMBLEA CAPITOLINA

– chiede al Sindaco di procedere alla sospensione delle esecuzioni di sfratto non solo per finita locazione, già in atto, ma anche per morosità incolpevole;

– sollecita il Sindaco ad inviare al Governo la richiesta di sospendere gli sfratti per morosità e, di chiedere ai Gruppi Parlamentari e al Governo medesimo l’improrogabilità dell’avvio di politiche strutturati e programmatiche sul tema della casa, mettendo fine alle politiche emergenzialiste che hanno creato notevoli storture, lasciando i Comuni da soli di fronte al dilagare della precarietà abitativa, ed impegnandosi a sostenere programmi di edilizia residenziale pubblica a canone sociale;

impegna il Sindaco ad adoperarsi affinché la Commissione graduazione sfratti, istituita da Legge Regionale, divenga effettiva e sia strumento di graduazione degli sfratti consentendo il passaggio da casa a casa;

– domanda al Sindaco e alla Giunta di procedere, con l’ausilio dei Municipi e la partecipazione attiva di Associazioni, Comitati, Sindacati e dei cittadini, ad effettuare un monitoraggio volto a verificare l’esistenza di immobili pubblici, compresi quelli dei demanio civile e militare, attualmente inutilizzati, affinché vengano utilizzati per fini abitativi e per affrontare la precarietà alloggiativa;

– impegna a trovare, anche con l’ausilio di Associazioni, Comitati e Sindacati, il modo per affrontare la piaga dei contratti a « nero », al fine di stroncare l’evasione fiscale nel settore, con lo scopo di reperire le risorse da destinare alle necessarie politiche abitative pubbliche delle quali la città ha estrema necessità.

F.to: Peciola, Ghera e Caprari

____________

La suestesa mozione è stata approvata dall’Assemblea Capitolina con 22 voti favorevoli, 6

contrari e l’astensione dei Consiglieri Bordoni e Mennuni,

nella seduta del 29 ottobre 2013.

_____________

Version originale italienne : Vi invio un report tentando di rispondere compiutamente al quesito posto da Yann Maury, relativo all’atteggiamento del sindaco Marino sull’autorecupero. Il Sindaco Marino aldilà di alcune dichiarazioni programmatiche che richiamavano la necessità di procedere alla rigenerazione urbana alternativa alla cementificazione del territorio che ha prodotto solo guasti e che non ha inciso in alcun modo sulla risposta alla vasta precarietà abitativa vissuta dai cittadini romani, nella quale gli sfratti sono la punta dell’iceberg.

Mercoledì 18 dicembre 2013, l’Unione Inquilini di Roma ha promosso una assemblea dal titolo  » l’Autorecupero possibile » presso il V Municipio con lo scopo di rilanciare la questione del recupero e dell’autorecupero del vastissimo patrimonio pubblico che risulta inutilzzato e lasciato nel degrado mentre decine di migliaia di famiglie sono oppresse dalla precarietà abitativa.

Quello di mercoledì 18 dicembre 2013 è stato un confronto serrato e profiquo avvenuto tra i vari rappresentanti delle cooperative di autorecupero presenti, ( la Vivere 2000 e la Corallo) l’ex assessore al patrimonio della Regione Lazio Bonadonna, colui che fece votare la legge regionale per l’autorecupero,   Dante Pomponi, ex assessore del Comune di Roma alle periferie con delega all’autorecupero, Cologno dell’occupazione di via Tor de schiavi 101 e dell’associazione Bleu’, Fabio Alberti, segr. di Rifondazione e primo Presidente della cooperativa ‘’chi non occupa preoccupa’’di Bologna, in sala erano presenti molti sfrattati e rappresentanti di associazioni impegnate sul diritto alla casa, tra cui un rappresentante di una cooperativa di Monza. Siamo partiti dai contenuti della legge, ripercorrendo quel periodo, importante per il diritto all’abitare che furono gli anni 90, in cui in relazione anche alle occupazioni fatte, furono stipulati 12 accordi con le cooperative per autorecuperare gli immobili. Queste esperienze passate  hanno  dimostrato che l’autorecupero e’ possibile. Non a caso  i tecnici del comune nell’effettuare la verifica dei lavori hanno attestato che “i lavori sono fatti ad arte e meglio di quelli delle case popolari, oltre che costare di meno’’. Alcuni interventi nel dibattito hanno sottolineato che  le amministrazioni comunali e regionali degli anni passati di destra di Alemanno e Polverini hanno fatto tabula rasa della proposta senza tacere che il comune durante la Giunta Alemanno non ha emananato il bando pubblico, già pronto,  per il recupero di 9 immobili e lo ha  annullato, non a caso per questo sono state pagate delle penali alle ditte che dovevano ristrutturare le parti portanti. Roma come già detto sopra ha disponibile un immenso patrimonio pubblico lasciato chiuso e in degrado e sul quale si addensano le nubi di politiche di valorizzazione che non sono altro che politiche di svendita a tutto vantaggio della speculazione immobiliare e della rendita. Noi e le altre realtà che operano nel campo dell’autorecupero e della lotta per il diritto alla casa, vogliamo essere portatori di una iniziativa forte che si esplicita nella seguente richiesta: sospensione per almeno 10 anni del piano regolatore sulle aree e avvio di un piano regolatore sull’esistente ( ovvero sul già costruito) fondato sul recupero e sull’autorecupero, a partire dagli immobili pubblici o sotto il controllo pubblico a partire dagli immobili del demanio, civile e militare, della regione, del comune e della provincia. Piano regolatore sull’esistente che deve puntare a soddisfare le esigenze dei cittadini sia di tipo abitativo che ad uso sociale. L’Assemblea si è conclusa con la volontà comune di riprendere l’iniziativa, di ‘’unire il fronte » e di aprire una vertenza con Comune  e Regione, per l’attuazione della legge, il reperimento di immobile e l’attuazione di un nuovo bando pubblico. Ci siamo presi l’impegno comune di incontrarci di nuovo a gennaio 2014 per proseguire l’iniziativa comune. Abbiamo anche intenzione di elaborare un  libro bianco nel quale individuare almeno 40 immobili pubblici vuoti e in degrado abbandonati da proporre alle amministrazioni  locali per essere oggetto di bandi di autorecupero. Infine abbiamo concordato la proposta di  costruire un incontro internazionale sulla proposta dell’autorecupero insieme all’Universita’ di Roma. Per fare tutto questo è necessario  fare fronte comune tra tutte le cooperative (la Mosaico, Diametro, Inventare l’abitare, Vivere 2000), unione inquilini e  i movimenti per un percorso comune. Infine vi invio un ordine del giorno scritto dall’unione inquilini di roma e presentato in consiglio comunale in occasione della seconda giornata nazionale « sfratti zero » del 10 ottobre 2013, ordine del giorno che il consiglio comunale di roma ha approvato lo scorso 29 ottobre 2013, ecco il testo integrale che riporta anche un forte impegno al sindaco sulla questione dell’autorecupero.

MP


[1] Ignazio Marino a été récemment élu maire de Rome, en juin 2013 (Parti démocratique ; centre gauche) –  il succède à  G Alemanno. Droite. (Parti de la liberté)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *