EUROPE. Trois films sur l’Habitat coopératif tournés à Barcelone, Rome, Londres…

105Trois films documentaires réalisés entre Mai 2011 et Janvier 2012 donnent à voir les effets dévastateurs produits par la spéculation immobilière  dans trois métropoles européennes Barcelone, Rome, Londres..,

Mais ils valorisent également les réponses apportées sur la base des principes de la coopération sociale (entraide mutuelle, apport travail par les habitants constructeurs, réciprocité et équité des échanges, règles de sociabilité primaire…)par et pour des populations « middle classes » italiennes (35-65 ans) victimes d’expulsions locatives et renvoyées en périphérie de Rome ou en faveur de jeunes britanniques (18-25 ans) précédemment en errance sociale à Londres .

Dans ces trois films documentaires présentés ici (sous licence Creative commons. Auteur Yann Maury), la parole des habitants apparaît comme une ressource centrale.  Ces trois films ont été mis en ligne sur le site de l’ONU en 2012. Année internationale des coopératives.

logo-IYC

Urban context : Real estate and land speculation which impact strongly major European metropolises, are striking quite hard low income classes, relegated middle classes, young people in social wandering, economic migrants, BAME ( black Asian minority ethnic)…
In various urban contexts (relegated middle classes in Roma, young people in social wandering in London, labor populations in Barcelona), cooperatives of inhabitants empower people, allow these populations to auto-organized and offer them alternative and non profit housing solutions.
Three videos recently made, show various cooperatives of inhabitants as a response to poor housing situations encountered in three european cities (Barcelona, Roma and London). They appear as fruitful solutions, tools of abundance in a context formatted by the financial crisis.

 108

1.  Barcelone. Film documentaire. « Las casas baratas de Bon Pastor ». (durée 30 mn. Janvier 2012)

Le quartier de « Bon Pastor » s’inscrit dans le droit fil de « l’Eixample», projet urbain fondateur de la ville de Barcelone conçu par Ildefons Cerdà (1815-1876), notamment dans sa vision de faire de la capitale de Catalogne une ville « réticulaire, ouverte, égalitaire », revisitée par un urbanisme non spéculatif et mis au service de ses habitants.
De son côté, fascinée par le modèle néolibéral de la promotion immobilière à-tout-va et ayant d’ores et déjà fait construire une station de métro à proximité du quartier (sur la ligne L 9), la municipalité de Barcelone, qui demeure propriétaire du foncier et des « casas baratas », a décidé en 2002 dans le cadre d’une démarche clairement spéculative, de rayer de la carte un mode d’habitat jugé anachronique et de les remplacer par des blocs d’immeubles. Les premières démolitions des « casas baratas » ont débuté le 16 avril 2007 et ont été à l’origine de violentes expulsions menées par la police anti-émeute.
En réponse, les habitants regroupés en collectif, ont initié un concours international d’appel à idées, «Repensar Bon Pastor » (repenser le quartier); concours qui a obtenu en retour plus d’une centaine de réponses d’équipes pluridisciplinaires de toutes origines, qui ont été présentées par le collectif aux habitants, à l’occasion d’une exposition publique. Toutes les propositions formulées insistent sur la qualité des liens humains qui sont à l’œuvre sur ce quartier populaire barcelonais et qui doivent impérativement être préservés ; ce que l’acte de démolition envisagé interdit par nature.
Et si au final, « Bon Pastor », héritier de la « ville intégrale » de Cerdà, en lieu et place de sa démolition annoncée, pouvait être considéré pour ce qu’il est véritablement, c’est-à-dire comme un élément de représentation exemplaire de la ville durable du XXI siècle ?

barcelone 050

“Bon Pastor” tells the story of a traditional way of life, ingrained in the population for the past 80 years, an original urban design, nowadays an increasing rarity in European cities, and a harmonious community. Fascinated by the neo-liberal model of non-stop property development, and having already built an underground station near the neighbourhood (on line 9), the city of Barcelona decided to take the speculative route and, under the 2004-2010 demolition plan, to raze homes deemed anachronistic and replace them with apartment blocks. In answer people of borrow “Bon Pastor”, organized an international idea competition: « Repensar Bon Pastor » (Rethinking Bon Pastor). This idea competition obtained more than hundred of answers from multidisciplinary teams. Among the proposed projects is promoted the activation of inhabitants’ cooperatives, having in charge self-repair of their traditional housing built in 1929, and thus, maintained by the inhabitants themselves. Thus, it’s mean about taking up with rich cooperative past, which saw the launch on the area of Bon Pastor, numerous workers’ cooperatives of consumption and to balance social expectations and economic development.

bon pastor-DVD

        

 2. Rome. Film documentaire. (durée 30 mn. Mai 2011).   » La boca della Verita ».

Le film tourné sur Rome évoque le cas de classes moyennes italiennes (tranche d’âge 25-55 ans) qui sont directement soumises aux effets de la spéculation immobilière et qui sont de ce fait renvoyées en lointaine périphérie de la ville centre. En réponse à ces pratiques d’exclusion urbaine, des formes coopératives originales et alternatives de recyclage du patrimoine public vacant (« autorecupero ») permettent d’inverser et de neutraliser la logique d’action et les effets liés à ce développement urbain centrifuge. En repositionnant des populations modestes dans les arrondissements centraux romains, la démarche coopérative engagée s’inscrit au sein d’une stratégie urbaine qui vise à la production d’une « ville consolidée » et démocratique.

IMG_7854

The movie about cooperatives of inhabitants in Rome ( “the mouth of truth”) , deals with the case of the Italian middle class (30-55 years old) which is subject to the intense actions of the real estate speculation and which is dismissed out of city center, to far urban suburbs. In answer to these practices of urban eviction, original and alternate cooperative forms of recycling empty public buildings (“autorecupero” in Italian speaking), allow to invert and to neutralize this plan and the effects connected to this centrifugal urban development. The reclaim-and-renovate housing cooperative system gives dispossessed low-income families and lone individuals adequate and inexpensive homes in Rome, costing 30%-50% below market price, even compared with social housing. By repositioning low income people in the roman central boroughs the cooperative approach joins in the framework of an urban strategy which aims at the production of a “strengthened city « , democratic and in a sustainable development way.

piazza1

         3.   Londres : Film documentaire.  » L’art de refaire son intérieur ». (durée 30 mn. Juillet 2011).

Le film tourné sur Londres traite du cas de jeunes britanniques (18-25 ans) en errance sociale, qui sont replacés au cœur du « mainstream » économique et citoyen britannique, en devenant eux-mêmes acteurs de chantiers d’habitat coopératif. « Reconstruire son intérieur » est ici perçu dans les deux sens de la formule :
– une reconstruction psychologique individuelle de populations jeunes jusque là sans avenir (« no future »)
– L’auto-construction d’un habitat digne et abordable dont ces populations sont les premiers acteurs et bénéficiaires.
Les démarches d’habitat coopératif accomplies par la Community Self Build Agency se donnent ainsi à voir comme autant de modes alternatifs de fabrique de citoyens et de rehaussement des pratiques solidaires et coopératives entre habitants.

DSC00342

  • Abstract: LONDRES. « What we build, builds us”. Subtitled in English)The community self build agency deals with youth’s case ( 18-25 years) in social wandering, which are gradually- and with an impressive success – replaced at the heart of British economic and citizen « mainstream », with help of cooperative building sites. The charity’s aim is to bring together the housing associations and local authorities in the UK and ensure that all members of the cooperative participate in the community project, gaining experience that will serve them for the rest of their lives.
    Better still, the project will have a profound personal effect on each of the members of the cooperative, a defining moment that will shape the rest of their lives. In such projects, the housing dimension itself simply isn’t representative of the human value derived from the personal and community aspects of the project. At the end, the CSBA‘s projects empower people and show alternate ways for creation of citizens and cooperative practices.

 DSC01471

 

 

Documents complémentaires sur le problème public  « Logement Social » en EUROPE :

 

Crédit photos Y.Maury. 2011.2012 & Leyli Ismael. London.2008.DSC01823

Auteur  Yann Maury. Professeur à l’ENTPE & Université de Lyon (France)
Docteur d’Etat HDR en Science Politique.
Chaire Habitat Coopératif & Coopération Sociale
Chercheur associé CRATERRE-ENSAG
VAULX EN VELIN. GRAND LYON. France.

Chaire habitat coopératif 

ISSN N° 2494-8349  ISSN


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *