Le prédateur et l’artisan, Il était une fois à Rome…

Réalisation d’un film scientifique. Rome.  Mission de recherche Internationale. Chairecoop & Labex Craterre & ENTPE. Université de Lyon. (31 octobre – 3 Novembre 2017). Direction Pr Yann Maury.

“Le Prédateur et l’Artisan, il était une fois à Rome…”   (Il Predatore e l’artigiano, c’era una volta a Roma…)

Programme de recherche scientifique

Nous entamons la réalisation de la seconde partie d’un film documentaire scientifique (long métrage. 90 mn), qui portera sur les effets sociaux et politiques provoqués par la spéculation immobilière à Rome et en retour, sur les modes alternatifs innovants que proposent les coopératives d’habitants romaines.

Sur la base de premiers tournages et ressources filmographiques précédemment réalisées à Rome (Mai 2011, Juin 2015), une seconde série d’enregistrements filmés aura lieu sur place entre le 31 octobre et le 3 Novembre 2017.

Les nouveaux entretiens qui seront filmés, viendront compléter les premiers travaux effectués notamment il y a deux ans. Etant précisé que ces premiers enregistrements demeurent pleinement pertinents, dans la mesure où il s’agit de récits qui retracent l’histoire, portant sur un temps long (années 90/2000), des petites communautés coopératives rencontrées sur place.

Cf. Visites de coopératives d’habitants à Rome. Juin 2015

De manière plus précise il apparaît en effet que les communautés coopératives étudiées issues de la société civile (en Italien : « cooperative d’autorecupero ») font preuve d’une extrême réactivité, souplesse et adaptabilité à des situations de déficit de logements abordables dans les domaines les plus variés : logements étudiants, jeunes précaires, classes moyennes victimes d’expulsion, migrants et demandeurs d’asile etc… Et le tout avec une économie de moyens remarquable[1].

Autant de questions hautement problématiques, que ni le monde institutionnel Hlm français, ni les pouvoirs publics ne savent réellement résoudre.

Sur le fond, Il s’agit pour nous d’étudier les modes opératoires inventés et mis en œuvre par la société civile romaine et plus précisément, par le mouvement militant romain de défense du droit au logement (par exemple l’Unione inquilini), en réponse à l’impéritie chronique des pouvoirs publics locaux romains et face aux enjeux majeurs que connaît la capitale italienne depuis plusieurs décennies :

Expulsions massives et répétées des locataires romains pour impayés de loyers ( “sfratto per morosita “), non renouvellement de bail, faiblesse des revenus et des pensions versées, inexistence des aides au logement supprimées dès 1998 par les précédents gouvernements centraux (gouvernement Berlusconi), immobilisme du logeur historique de la ville de Rome (ATER), montée de l’habitat informel et des squats, arrivée massive de demandeurs d’asile qui ont provoqué à partir du mois d’Août 2017,  de fortes tensions avec la police romaine

Rappelons que dans le même temps et paradoxalement, des centaines de milliers de m2 de bâtiments publics, qui sont le plus souvent la propriété de la ville de Rome ou de l’Etat central (casernements, abattoirs publics, écoles primaires etc…), demeurent vides d’occupation, tout en étant soumis à une spéculation immobilière intense.

En d’autres termes, notre hypothèse centrale de travail consistera à nous demander dans quelle mesure les communautés coopératives viennent ainsi combler le vide institutionnel romain et  agissent comme un révélateur vivace de  l’impéritie des politiques publiques locales ?

2.        Contexte local :

La pertinence du sujet traité revêt une dimension supplémentaire, en raison même de l’élection d’un nouvel exécutif issu du mouvement iconoclaste « Cinq étoiles» (il movimento politiche cinque stelle “M5s” ) à la mairie de Rome, consécutivement au scrutin de Juin 2016. La jeune avocate Virginia RAGGI issue du mouvement M5s, a en effet été élue à une très large majorité, le 22 Juin 2016, maire de Rome.

Son élection (avec 67,2 % des suffrages exprimés) est intervenue dans un contexte de corruption politique généralisée sur Rome ; période dénommée «Roma, mafia Capitale », au cours de laquelle le précédent maire de Rome a en effet été contraint de démissionner avant le terme de son mandat, pour prise illégale d’intérêt.

Il est enfin opportun pour nous d’entreprendre ce travail d’évaluation scientifique en début de l’actuelle mandature, à l’instar de ce qui a été réalisé lors d’un précédent travail de recherche conduit sur Barcelone. (Cf. « Lendemains de Fête ».) Il apparaît en effet que les décisions de transformation notoire et de réorientation des politiques publiques se prennent en début de mandat. Ou ne se prennent pas…..

3.        Modalités de travail et équipe de recherche

Une phase de travail préalable s’est avérée indispensable pour la réalisation des entretiens, le choix des partenaires pertinents qui seront rencontrés sur place, ainsi que pour assurer une assistance à la traduction FR-Italien durant le tournage du film. (en vue également des sous-titrages à intervenir sur la phase de montage du film).

Cette mission d’assistance scientifique préalable a été confiée à Serena OLCUIRE. Architecte et doctorante au DICEA, « Sapienza Università di Roma », au regard de ses compétences professionnelles reconnues à l’occasion d’une précédente conférence internationale qui s’est tenue à Rome. (Chairecoop. Rome. Juin 2015). Serena Olcuire est détentrice d’une maîtrise en architecture. Son travail s’intéresse aux conflits urbains, aux pratiques informelles de résistance et aux formes d’auto-organisation. Elle travaille également pour le Master  Studi del Territorio/Environmental Humanities (Université de Roma Tre)et fait partie du collectif ATIsuffix et du groupe de recherche militante Emidio di Treviri.

Un opérateur vidéo professionnel (Jean Pierre CEI) a été retenu après consultation, pour les deux phases successives de tournage (1) puis de montage (2) du film documentaire scientifique. Jean Pierre, professionnel reconnu dans le secteur audiovisuel, connait parfaitement nos modes de travail, pour avoir participé activement au montage de nos précédents films («  Homes & Some million $ ».USA.2015 et à « Lendemains de Fête ».Barcelone.2015/2017)

Enfin, un appel à candidature a été assuré en direction d’un doctorant du laboratoire CRAterre Ensag, de telle sorte qu’il complète sa formation «à» et « par » la recherche.

Le candidat retenu, qui est pleinement intégré à l’équipe de recherche et qui participera à tous les entretiens, travaux et rencontres prévues sur place à Rome avec les différents acteurs qui seront rencontrés, est Yvan MAZEL.  Yvan est en dernière année de thèse à CRAterre-ENSAG. Son travail de recherche porte sur « la question des formes alternatives de l’habitat, où les habitants sont fortement impliqués ». Il a notamment analysé « les stratégies d’habitation écologique à l’échelle de l’habitat et du territoire dans dix projets implantés en région Auvergne-Rhône-Alpes ». Yvan MAZEL possède également diverses expériences internationales liées aux mouvements sociaux des sans-toits et au mouvement de l’habitat coopératif (São Paulo au Brésil, Uruguay où il a effectué un échange universitaire d’une année).

A bientôt donc pour la suite de nos aventures et la sortie  dans le courant de l’année 2018, de notre nouveau film long métrage chairecoop : ” Le Prédateur et l’Artisan, il était une fois à Rome…” ( Il Predatore e l’artigiano, c’era una volta a Roma…)

Financements du film par Chairecoop & Labex AE.CC-CRAterre & ENTPE.

Pour CHAIRECOOP. Y.M. 25 Octobre 2017.

[1] «  Le principal enseignement qui peut être tiré est qu’une fois les hypothèses de calcul les plus réalistes stabilisées, on constate que les opérations effectuées par Autorecupero, sont toujours financièrement  plus avantageuses que les opérations faites selon les modalités d’une réhabilitation classique (…) Au final, il apparaît que l’écart entre Autorecupero et rénovation classique (Recupero) est d’environ d’un million € pour 50 logements créés. » J.M.Victor. « L’autorecrupero à Rome ». P.P 98 & 101. In «  Les coopératives d’habitants. Méthodes, pratiques et formes d’un autre habitat populaire ». Dir. Y.Maury. Bruylant. 2009.

 

Photographies Yann Maury. Roma. Mai 2015 et Groucho Marx. Fresque murale.Londres 2008.

Chaire habitat coopératif – ChairecoopISSN N° 2494-8349 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.