USA.Tout ce que Obama a oublié de faire entre 2008 et 2016. (Juste une chose ou deux…)

Donald Trump a été élu président des USA le 8 Novembre 2016, après deux mandats consécutifs d’Obama (2008-2016). N’y a-t-il pas lieu ici de s’interroger sur les manques et les déceptions profondes générées au sein du peuple Américain,  par le prix Nobel de la paix 2009 ?

A la suite de son très persuasif  « Yes We Can« ,  rappelons que  lors de sa première campagne de 2007, Obama apportait son plein soutien à des mouvements de contestation radicale issus de la société civile, tels que « Occupy Wall Street« . Groupe de pression qui contestait frontalement la toute puissance d’un marché financier, devenu totalement incontrôlable. De sorte que l’on peut se demander comment Obama, à l’occasion des « Primaires du Parti Démocrate« , a pu apporter, huit ans plus tard, son soutien à Hillary Clinton, candidate démocrate malheureuse à l’élection de 2016,  elle-même assimilée  en raison de ses soutiens financiers, à la « candidate  de Wall Street« ?

Pourquoi  dans le même temps, le sénateur démocrate du Vermont,  Bernie Sanders, âgé de 74 ans, qui avait totalement disparu de la vie politique nationale, a-t-il pu recueillir  0,225 million de $ de dons privés, versés par quelques 7,5 millions d’américains de la classe moyenne, lors des primaires démocrates de 2015 ? ( soit 30 $ de don par foyer)

Faut-il rappeler qu’Obama, qui a été élu en grande partie en 2008, sur sa promesse de venir en aide aux 12  millions de foyers Américains de la classe moyenne victimes des  « subprimes »[1],  renonçait rapidement à son programme d’aide publique de 75 millions de $, pour faire voter par le Congrès américain, fin septembre 2008, un gigantesque plan de 700 milliards de $,  destiné à l’usage exclusif des banques d’affaires privées américaines[2], responsables de la plus grande banqueroute depuis 1930 ?

Obama pouvait-il agir autrement ?

Les réponses apportées par Obama à la banqueroute financière et bancaire de 2007-2008, auraient pu, selon nous, être utilement revisitées à la lumière des enseignements que nous apporte l’histoire politique des USA. Et notamment, d’une autre célèbre élection, celle de Franklin Théodore Roosevelt, élu en 1933 et de la politique du  « New Deal » qui s’en est suivi :

« I pledge for you a new deal, for the American people »….

Obama avait en effet à sa disposition  toute une série d’outils, dont l’efficacité s’est avérée optimale dans l’indispensable tâche d’une remise sous contrôle des banques et du marché financier.  Dont notamment, le «  Glass Steagall Act », qui imposait une séparation stricte et compartimentée des activités bancaires de dépôts et de spéculation. Décision qui n’est jamais intervenue et qui aurait à nouveau interdit le désastreux mélange des genres, à l’origine de la banqueroute financière de 2007. ( Lire les documents infra)

Enfin, même établi sous couvert de sa fondation[3], comment interpréter les conférences rémunérées 400.000 $ (en moyenne), un contrat d’édition à 60 millions de $ signé à son profit et celui de son épouse Michelle, dans la perspective de la rédaction ses mémoires présidentielles,  sans évoquer sa très étonnante participation fin 2015, c’est à dire durant son mandat de Président en exercice, à l’émission de « télé-réalité » intitulée  » Survivre dans la nature«  ?

Chacun appréciera.

YM

[1] 12 millions de ménages américains sont dans une situation de « negative equity » (capital négatif- données 2010). Ce qui signifie que le montant de la dette à rembourser est supérieur à la valeur du bien immobilier.

[2] La dette publique des USA a augmenté de 269 % entre 2007 et 2014. Report Mc Kinsey Institute. Fév. 2015.

[3] Obama Foundation

Séance N°4- Documents téléchargeables. Enseignement : «  Le logement abordable. Comparaisons & Enjeux internationaux »Europe & Amérique

 

Street scene with footwear stand and customers, Lower East Side, 1915. N.Y.

The New York Public Library

« La société de marché est un système économique, régulé et orienté par les seuls marchés; la tâche d’assurer l’ordre dans la production et la distribution des biens est confiée à ce mécanisme autorégulateur  (…) Quand le marché auto-régulé est ainsi formé, désencastré du rapport social, généralisé, qu’il transforme à peu près tout en marchandises fictives – le travail humain, la terre et ses ressources naturelles, la monnaie en tant qu’instrument de l’échange- mettant l’ensemble de la société en adéquation avec sa logique singulière,  alors la société elle-même devient une société de marché ».

« La grande transformation ». Karl Polanyi.  1944.

Yann Maury. Pour Chairecoop. Le 29.11.2017.

ISSN N° 2494-8349

Photos Yann Maury. Burligton (Vermont) & Bryant Parc (NYC). 2016 & Projection « Homes & Some Million $ ». 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.