Grande Bretagne. Le logement populaire et ses évolutions ou le triomphe Thatchérien

Séance N°3 du cours  : «  Le logement abordable : Comparaisons, évolutions et enjeux internationaux. (Europe & USA) »

Sommaire: Le logement populaire et ses évolution en Grande Bretagne

  • La révolution libérale du logement populaire en Grande Bretagne (L’avant et l’après Thatcher)

  • Notting Hill housing association ou le triomphe du libéralisme Thatchérien

  • Le logement social en GB et ses évolutions locales (Londres) Principaux indicateurs

I.   Le triomphe de Margaret Thatcher

Durant les deux tiers du XXième siècle, le profil du logement populaire au Royaume Uni (social Housing), est majoritairement communal et public.  Cette question s’inscrit très clairement dans le cadre d’un processus de socialisation du logement. [1]

  • 1974 constitue le premier grand tournant dans la conduite de cette politique publique. Et paradoxalement, c’est la Gauche Britannique qui ouvre le bal. Le gouvernement travailliste de l’époque, conduit par Harold Wilson, crée le « National Housing Grant». Le souhait de l’Etat britannique est de conférer un rôle central aux associations de logement (Housing Associations) issues de l’église anglicane, pour l’animation du secteur du logement populaire.  L’État assure alors le versement massif de dotations et de subventions publiques, dans une démarche de service public délégué. La première conséquence de cette décision est que la part du don privé se réduit alors progressivement et inéluctablement, au sein des ressources internes des Housing Associations. La seconde est la montée en puissance de ces petites « Charities »[2], qui vingt ans plus tard sont devenues de très grosses machineries à loger.

En témoigne ainsi la Notting Hill Housing Association, créée par le pasteur activiste  Bruce Kenrick , qui débute son aventure à Londres en 1964 par l’achat de cinq  maisons. Ce qui lui permet de loger très modestement 47 personnes. Un demi siècle plus tard, en Juillet 2018, après sa fusion avec  «Genesis Housing Association », Notting Hill HA, devenue entretemps Notting Hill housing Trust, puis Notting Hill Genesis, possède un portefeuille de 64.000 logements et loge 170.000 résidents, dans une vingtaine d’arrondissements londoniens. La « charity » fait partie du club des G15, c’est-à-dire le club très fermé des quinze plus grosses associations londoniennes de logement populaire. Le problème de cette évolution vers le «  Big is beautiful», est que désormais seulement la moitié de son patrimoine immobilier peut être considérée comme du logement social et abordable[3].

1979/ 1980 représente le second grand tournant. On assiste alors à la mise en place de la grande révolution néo-libérale voulue par Thatcher. Le logement populaire en Grande Bretagne est alors saisi par le marché. « TINA !» « There is no alternative! », réaffirme en permanence Margaret au sein et en dehors du Royaume Uni.

Thatcher au pouvoir entre 1979 et 1990, a en tête un projet politique très précis. Celui de la « Owner society ». Il s’agit de faire de chaque citoyen britannique un  actionnaire « propriétaire ». Son objectif est politique : priver le « Labour party » de ses cohortes d’électeurs traditionnels. Thatcher met alors en vente massivement le parc communal de logements publics. C’est la politique publique du « Right to Buy ». Mais Thatcher agit avec la plus grande intelligence politique. Et elle n’hésite pas à remiser elle-même les principes néo-libéraux qu’elle défend par ailleurs. Le marché, tout le marché, rien que le marché.

En premier lieu, les logements sociaux sont mis en vente au bénéfice de leurs occupants.  Et pas à des fonds de pension américains et internationaux, ainsi que le feront par la suite ses disciples néo-libéraux et sociaux-démocrates italiens, Allemands ou Espagnols. Ainsi, les anciens locataires britanniques changent de statut social et entrent dans la catégorie des propriétaires.

Et puis et surtout, les ventes des anciens logements sociaux à leurs occupants, ne respectent pas les prix du marché. Les transactions immobilières opèrent entre –30% à – 70%, en dessous du prix du marché.

La politique menée par Thatcher, rencontre alors un formidable succès populaire. Sur la période 1979/1999, deux millions logements sociaux publics sont vendus à leurs occupants. En outre, on assiste à un transfert de propriété de 352.000 logements communaux, en direction des  Housing Associations.

En 1979, la Grande Bretagne compte 5 % de propriétaires. Ils sont 68 % en 1997. Et 70% en 2000.

C’est la « Owner society ». Thatcher a gagné. Politiquement s’entend. Car le New Labour de Tony Blair qui succède à Thatcher (1997-2007) renforce et amplifie la démarche. Antony Giddens qui est le grand conseiller politique de Blair, explique dans son ouvrage de référence dénommé la «  Troisième Voie » : « Un État providence modernisé doit transférer à la sphère sociale les recettes supposées avoir réussi dans la sphère économique. La régulation hiérarchique bureaucratique doit s’effacer pour permettre à l’esprit d’entreprise de diffuser du domaine marchand, jusqu’au domaine social ».

On a d’ailleurs posé la question suivante à Thatcher, à l’issue de ses mandats politiques. «  Quelle a été votre plus grande victoire politique? » Réponse de Thatcher : « Tony Blair »….

Le problème de fond que pose tout de même cette politique néo-libérale du logement populaire,  qui s’est déployée au Royaume Uni de 1980 à nos jours,  et qu’il nous faut mentionner ici. C’est qu’elle ne marche pas.

Si le parc social communal de logements populaires publics a quasiment disparu au Royaume Uni, au point que certaines mairies d’arrondissement de Londres par exemple, n’ont plus aucun logements sociaux, les listes d’attentes pour un logement abordable ont explosé. Le nombre de sans-abri et de personnes à la rue (« Rough sleeping ») également.  De même, les prix des logements neufs sont devenus hors d’atteinte pour les familles modestes et les classes moyennes. [4]

« Carthago Delenda est !  »  Il faut détruire Carthage. Voilà qui est fait. Carthage a bien été détruite. Mais au final, la «  owner society » a laissé beaucoup de monde sur le bord du chemin…. Et maintenant, fin de l’histoire ?

[1] Dès 1890, le “ Housing of the Working Classes Act ”  encourage les villes à constituer et à améliorer leur parc de logements sociaux.

[2] Les « Charities » sont des ONG qui bénéficient d’un statut fiscal privilégié, qui leur permet d’échapper à l’impôt. Elles doivent à cet effet être inscrites et reconnues en tant que «  registred social landlords ». Les enjeux sont donc considérables. Voir nos développements infra. « Notting Hill ou le triomphe du libéralisme Thatchérien ».

[3] “The newly-merged organisation will be one of the largest housing associations in the UK, with around 55,000 homes in London and 64,000 across the south-east, half of which are general needs homes on social or affordable rents”. Cf. Published – 3 April 2018. Notting Hill Housing and Genesis complete merger

[3] G 15. http://g15london.org.uk/  

[4] Cf. Infra documents à télécharger : «  Londres, indicateurs immobiliers ».

II.   Accès aux documents en libre accès :

  1. Notting-Hill-ou-la-victoire-de-Thatcher
  2. Histoire-Logement populaire-Royaume-Uni
  3. Londres-indicateurs-Immobilier
  4. Londres, La ville globale face au BREXIT

 

III/  Cas d’études :

  1. Droit au logement opposable en GB : Le « temporary housing », mode d’emploi- (vidéo ANAH. 2007)
  2. La société civile comme alternative au marché total, le cas de la “Community Self build agency » (Vidéo) : « L’art de reconstruire son intérieur »What we build, builds us »). YM. 2011.

   

Photos « Coopérative en auto construction de Beechmont Close. » Community Self Build Agency. London. Borough of Lewisham.  Auteure Leyli Ismael (2009) et Yann Maury (2011)

Yann Maury. Chairecoop. Mardi 6 Février 2018.

  ISSN N° 2494-8349 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *