Espagne et Catalogne, un chaos immobilier livré aux seigneurs de guerre

Séance N° 7 du cours. «  Le logement abordable : Comparaisons, évolutions et enjeux internationaux. (Europe & USA) »

Nous avons publié précédemment sur ce site différents billets qui abordent le thème du logement populaire et de ses évolutions en Espagne.

  1. En premier lieu notre film long métrage dédié à la question des expulsions immobilières massives qui interviennent depuis 2009 sur Barcelone et à leurs conséquences sociales et politiques. «Lendemains de Fête ». (Janvier 2017)
  2. « Il était une fois un pays, l’ESPAGNE qui, grâce au dieu marché devint l’Espanistan ». Publié le 16/11/2013 par chairecoop.
  3. « Surproduction immobilière et crise du logement en ESPAGNE ». 02/07/2013.

Le sujet est vaste et il est étayé par de nombreuses analyses de cas  (Les casas baratas de Bon Pastor,  les «  corralas de Séville et Cadix, la vente de vastes patrimoines locatifs sociaux  par des villes telles que Madrid à des fonds de pension américains, dénommés pour la circonstance «  Fondo buitre » (Les « fonds vautour »).

Ainsi, en 2013, la communauté d’agglomération de Madrid, sans avoir engagé la moindre concertation auprès des populations concernées, vend la totalité d’un ensemble locatif social public (« viviendas de protección official ») dénommé « Ensanche de Vallegas », soit 3000 logements sociaux. Cette vente intervient au bénéfice de deux fonds de pension américains Blackstone et Goldman Sachs, pour le montant dérisoire de 201 millions d’€. (Soit un prix de vente de 67.000 € au logement). Ce patrimoine immobilier public entièrement financé par l’impôt, relève désormais du marché dit libre. A savoir un marché désormais totalement livré aux fonds de pension, c’est-à-dire à ceux que nous dénommons ici les « seigneurs de guerre ».

De manière plus globale, le cas Espagnol est atterrant.  Le marché immobilier en 2013, a produit 3,4 millions de nouveaux logements qui possèdent une caractéristique très étrange : ces logements sont neufs. Mais ils sont également vides de tout occupant !  Par ailleurs, entre 2008 et le second trimestre 2015, l’Espagne a connu 416 332 ordres d’expulsion de logements. Soit près d’un demi-million de personnes.

Nous renvoyons le lecteur à ces différents documents.

Sur le fond, cette question du droit au logement en Espagne est en tous points surréaliste,  dans la mesure où la constitution espagnole de 1978, a fait du logement un droit constitutionnel : « Tous les espagnols ont le droit de bénéficier à un logement digne et approprié. Les pouvoirs publics assurent les conditions nécessaires et établissent les normes pertinentes pour rendre effectif ce droit… » (Art 47 de la constitution).

Or, cette affirmation constitutionnelle ne résiste pas longtemps à l’analyse des faits. Comme l’indique à juste titre l’une de nos interlocutrices rencontrées dans le film «  Lendemains de fête » : « Oui en Espagne, le droit à la propriété privée se situe au-dessus du droit au logement ». Et elle ajoute : «  Le problème de fond est le fait qu’en Espagne, moi j’ai droit à un logement(…) Mais, la propriété d’une banque et son droit à la propriété est supérieur à mon droit de disposer d’un toit. Et c’est ça que nous devons changer ! » (Cf. « Lendemains de Fête »)

De ce point de vue, l’arrivée d’Ada Colau, activiste et militante de la PAH[1],  à la tête de l’exécutif de Barcelone en Mai 2015, était porteuse de réels espoirs pour les populations victimes du pouvoir des banques et notamment de la SAREB[2]. Espoirs qui sont rapidement déçus. Dès le 2 Décembre 2015, la PAH de Barcelone fondée par l’activiste Ada Colau rompt ses relations dans une lettre ouverte, avec Ada Colau, maire de Barcelone et dénonce son immobilisme. [3]

Le parcours politique d’Ada Colau est étrange. L’exercice du pouvoir municipal la fait passer en quelque sorte de l’extrême gauche, à l’extrême centre. [4] Entretemps, la leader de Barcelona en Comù a oublié de livrer bataille. Entre autres illustrations, rappelons ici qu’au mois de Février 2017, après une réorganisation des services sociaux municipaux, la charge du relogement des familles expulsées a été confiée à l’agence de voyage «  Snow Travel » pour le montant de 5,3 Millions d’€. [5]

Or, il nous apparaît à l’inverse que dans la bataille à livrer, la municipalisation de la SAREB – à défaut d’être nationalisée-   avec une modification de seulement 10% de son capital, aurait dû constituer l’objectif politique majeur de l’exécutif barcelonais. Action à mener non pas isolément par la seule ville de Barcelone, mais dans le cadre d’une démarche de coopération active, à conduire avec l’ensemble des villes issues des élections municipales du 24 mai 2015  (dites « du 24 M ») : Madrid, Valencia, Cadix, Saragossa, Badalona, Saint Jacques de Compostelle, La Corona, Pamplona….

Rappelons ce qu’autorise la constitution espagnole sur le droit au logement : «Les pouvoirs publics assurent les conditions nécessaires et établissent les normes pertinentes pour rendre effectif ce droit ».

«  Si se puede ! »

Yann Maury. Pour chairecoop. Jeudi 22 mars 2018.

[1] PAH. Littéralement, « Plateforme des affectés par les hypothèques ». ONG créée en 2009 dont Ada Colau fut à la fois fondatrice et porte-parole durant cinq ans.

[2] SAREB. « La Société de Gestion des Actifs provenant de la restructuration bancaire (SAREB), aussi connue sous le nom de « Bad Bank », a reçu des actifs immobiliers d’une valeur de 50,7 milliards d’euros de fonds publics garantis par l’État. La création de cette structure de défaisance a été imposée par les « partenaires européens » dans le Memorandum de la Troika (MoU) que le gouvernement espagnol a signé en juillet 2012 en échange du sauvetage du système bancaire. À ce jour, 41,2 milliards d’euros sur les 50 de la SAREB sont gérés par trois fonds américains (Cerberus, Apollo et TPG) ».  Cf. CADTM. Espagne : « Près d’un demi-million d’expulsions, le produit d’une loi franquiste ». 19 janvier 2016 par Jérôme Duval & Fátima Martín.

[3] La Venguardia. 02/12/2015

« La carta que certifica la ruptura entre Colau y la PAH. Le recriminan que no haya sancionado a las inmobiliarias y a los propietarios de grandes bolsas de pisos que siguen ejecutando desalojos. »

[4] Lire le très bon article « Barcelona en Comù segueix tenint un problema, guanyar l’hegemonia ». Sergi Picazo. de la revue «  El veu del carrer ». N° 144. Juin 2017.

[5] « Por 5,3 milliones, Criticas al Ayuntamiento de Barcelona por externalizar el realojamiento de desahucios a una agencia de viajes ». La Vanguardia. 16.2.2017.

  • Documents du cours en libre accès pour le téléchargement :

Sommaire :

1. Le logement populaire en Espagne, ou comment le marché crée l’abondance tout en générant la pénurie.

ESPAGNE-logement

2. Barcelone, d’un urbanisme de la représentativité à un urbanisme de la représentation.

Barcelone-généralités

3.  Le logement social à Barcelone. Un oubli dans l’agenda local ?

Barcelone-logement-protégé

4. Cerda, l’utopie en action. (1815- 1876)

Cerda_Barcelone

5. Lendemains de Fête

Photos Yann Maury.  Avril 2008-2012. « Barcelone touristique » (Sagrada Familia) et Barcelone ouvrière ( friche industrielle de Can Battlo). Octobre 2015.

https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1204/files/2016/07/ISSN.pngN° ISSN 2494-834

 

 


3 réponses sur “Espagne et Catalogne, un chaos immobilier livré aux seigneurs de guerre”

  1. Bonjour,
    Je ne trouve pas le nom et l’emplacement du projet/bâtiment en photo de bannière de cet article. Si vous pouvez me partager l’information ce serrait apprécié.

    1. Il s’agit d’une photo que j’ai faite des clochers de la  » Sagrada Familia » à Barcelone, l’œuvre de l’architecte mystique Antonio Gaudi (né le 25 juin 1852 à Reus et mort le 10 juin 1926 à Barcelone). Œuvre colossale, jamais achevée et toujours en chantier. Cordialement. YM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.