« Le prédateur et l’Artisan. Il était une fois à Rome ».

En régime démocratique, la société civile est légitimement en droit d’attendre que les institutions politiques s’attèlent à la résolution des problèmes publics. Et ce, au bénéfice du plus grand nombre. Or, l’analyse de la question du logement populaire à Rome offre le spectacle désagréable, d’une situation inverse.

Des institutions tournent à vide. Ou plus exactement, elles agissent au bénéfice de minorités, qui organisent la pénurie pour leur seul profit : promoteurs, fonds immobiliers, banques d’affaires…

La société civile se retrouve ainsi confrontée à la double obligation de combler le vide laissé par les institutions, mais également d’inventer les réponses susceptibles d’inverser la logique de pénurie, organisée par un marché devenu total.

Face à la pénurie de logements abordables organisée à dessein par les acteurs du marché, le mouvement coopératif Romain se montre dynamique, foisonnant et agit à la manière d’un révélateur. Pour le dire autrement, la société civile organisée en coopératives réussit là où les institutions publiques et le marché échouent : production de logements coopératifs pour étudiants, pour jeunes précaires, pour classes moyennes victimes d’expulsion, pour migrants et demandeurs d’asile etc…

Agissements prédateurs d’un côté. Esprit artisan de l’autre. YM

Bientôt la suite en Décembre 2018, à l’occasion de la sortie de notre film documentaire:
« Le prédateur et l’artisan. Il était une fois à Rome« . 90 min. Version Française (et Italienne) sous-titrée. 2018

Mise en ligne prévue en VOD ( vidéo à la demande) sur le site de la coopérative audiovisuelle Les Mutins de Pangée.

Photographies YM. Rome. Octobre 2015.

« Il Predatore E l’Artigiano. C’era una volta a Roma » (Versione Italiana)

In regime democratico, la società civile è legittimamente in diritto di aspettare che le istituzioni politiche si attaccano alla risoluzione dei problemi pubblici. E questo, a favore del più grande numero.

È però, l’analisi della domanda dell’alloggio popolare a Roma, offri lo spettacolo sgradevole, di una situazione inversa. Delle istituzioni pubbliche girano a vuoto. O più esattamente, agiscono a favore di minoranze che organizzano la penuria per il loro solo profitto : promotori immobiliari, fondi di pensione, banche di affari… La società civile si ritrova confrontata così al doppio obbligo di colmare il vuoto lasciato dalle istituzioni, ma anche, di inventare le risposte suscettibili di invertire la logica di penuria, organizzata per un mercato diventato totale. Per dirlo diversamente, la società civile organizzata in cooperative, riesce qui dove le istituzioni pubbliche ed il mercato falliscono : produzione di alloggi cooperativi per studenti, per giovani precari, per classi medie vittime di sfratti, per migrati e richiedenti di asilo eccetera.

Attività predatrici da un lato.  Spirito artigiano dell’altro. YM.

Photographies YM. Rome. Octobre 2015.

Collocamento in fila previsto in VOD (video alla domanda) per il mese di dicembre 2018, sul sito della cooperativa audiovisiva LES MUTINS DE PANGÉE.

Yann Maury. Pour CHAIRECOOP. Octobre 2018.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.