Des coopératives Romaines, en passant par le South Bronx (New York City), jusqu’à la rue d’Aubagne (Marseille), quelle place pour la société civile dans la prise de décision publique ?

Ces dernières années, notre travail de recherche, produit sous l’égide de CHAIRECOOP a été sous-tendu par la question de la domination.

Première partie : Bilan d’un travail de recherche sur la période 2013.2019

Concept de domination que nous appréhendons en tant qu’ensemble de transactions sociales de nature fortement asymétrique, qui génèrent durablement des situations inéquitables dans la répartition des charges et des ressources, entre différents groupes sociaux. Domination de populations soumises notamment, à la spéculation financière et immobilière et à ses effets  souvent dramatiques ; notamment en raison des expulsions par centaines de milliers qui en résultent.  

Mais nous avons également dans le même temps, tenté « de donner à voir et à penser les initiatives multiples et foisonnantes issues des sociétés civiles américaine et européenne, héritières du courant de pensée de la coopération sociale né à la fin du XIX ième siècle (Owen, Gide, Mauss, Polanyi..), qui ont été prises ces dernières années en faveur de la promotion d’un habitat coopératif et non spéculatif; pratiques coopératives qui questionnent le cœur même de l’activité immobilière spéculative ».[2] 

De fait, notre travail rend compte de situations fortement contrastées.

 1.     Ainsi notre recherche menée sur Barcelone montre comment un pouvoir municipal, avec à sa tête l’atypique Ada Colau, l’ex-militante- squatteuse issue des rangs de la PAH (plateforme des affectés par les hypothèques) est élue en 2015 sur le slogan volontariste du «  Si se Puede !». Slogan qui se décline sur la double promesse « d’en finir avec les expulsions immobilières décidées par les banques »  et sur la «  nécessaire mobilisation du patrimoine vacant privé » sur Barcelone, «  au bénéfice des familles expulsées ». Rappelons ici que Barcelone dispose d’un stock permanent de 30.000 à 40.000 logements neufs et vacants, alors que, dans le même temps, depuis 2009 plus de 30.000 familles ont été expulsées par les banques et demeurent sans logement[3].

En réalité, seulement quelques mois après son élection, la maire proche de « Podemos » doit battre rapidement en retraite. La PAH dénonce l’inaction du nouveau maire et rompt ses relations avec l’ex-militante, pourtant issue de ses rangs. Pour illustrer la réduction de voilure de sa politique municipale à l’encontre des banques, voire son changement de cap politique, Ada Colau, face à l’impasse totale dans laquelle elle se trouve, fait voter le 15 Février 2018 par le conseil municipal de Barcelone, une enveloppe de 5,3 millions d’€, destinée à l’implantation de «conteneurs maritimes » et de « préfabriqués », à destination de populations «fragiles » (jeunes, personnes âgées, expulsés…)[4]. «  Si Se Puede ! ».  Il y a là loin de la coupe aux lèvres. Car entretemps et sans interruption, les expulsions immobilières se sont poursuivies par milliers sur Barcelone.[5]

Face au marché total (Alain Supiot), au-delà des alternances démocratiques, le pouvoir politique local est placé dans l’incapacité de se confronter à la toute-puissance des banques et de mettre ainsi un terme aux expulsions immobilières. C’est donc par défaut,  faute d’avoir su apporter les remèdes appropriés aux désordres financiers et immobiliers, que la question identitaire catalane renait de ses cendres et occupe désormais la totalité de l’espace politique local. [6]

Cf. Notre Film « Lendemains de Fête » (Barcelone). 
Publié le 23/05/2017 par chairecoop.Les Mutins de Pangée

2.    En revanche, à l’occasion de travaux complémentaires menés sur différents sites européen et américain, il nous est apparu que la société civile est cette fois parvenue à tordre les contours d’un avenir, dans un sens qui lui est nettement plus favorable. Des habitants organisés sous la forme de coopératives, sont parvenus à initier – si ce n’est encore à les imposer de façon majoritaire – des dispositifs innovants, à la fois non-spéculatifs et démocratiques, dans le domaine du logement abordable.

Pour illustration, une première recherche menée dès 2014 aux USA, donne à voir la renaissance non anecdotique de dispositif de logements abordables, « Non-For-Profit », dénommés «  Community Land Trust » ou fiducies foncières communautaires[7]. 225 CLT ou fiducies en activité, ont été recensés aux USA et sont fédérés autour d’une structure nationale (Grounded solution network).

C’est le cas de Burlington, petite ville touristique du nord des USA soumise dès le début des années 80, à une spéculation immobilière intense, où le maire démocrate de l’époque, devenu plus tard sénateur et enfin candidat à l’élection présidentielle des USA de 2016 et de 2020 (Bernie Sanders), soutient la création du pionnier Champlain Housing trust. Bailleur social non spéculatif et coopératif, qui est désormais à la tête d’un portefeuille de près de 2000 logements sociaux, en accession non spéculative à la propriété.

Sources Urban Omnibus.

Mais c’est aussi de façon plus étonnante à New York City, qui dès 2008 subit de plein fouet la crise des « subprimes » et leurs taux d’intérêt démentiels qui provoquent des milliers d’expulsions immobilières (« Forclosures »), le cas de Cooper Square Mutual Housing Association. L’organisation créée dès les années cinquante dans le quartier du Lower East Side (Manhattan), pour s’opposer aux déplacements forcés de populations ouvrières et précaires, est parvenue à maintenir ses activités immobilières coopératives, dans un contexte pourtant très défavorable. Cooper SQ  fait encore de nos jours bénéficier ses membres de logements coopératifs, au prix d’achat dérisoire de 1800 $. Alors que ces mêmes appartements seraient vendus sur le marché libre, 1.8 million de $ ! [8]   

Voir sur le sujet notre film documentaire. 
Homes & Some Million $”. 90 mn. 2014.
Diffusion LES MUTINS DE PANGEE
.

3.     Autre illustration notoire de la capacité de la société civile à réinventer de nouveaux agencements susceptibles de faire émerger une nouvelle offre de logements abordables, Rome, à la tête de laquelle on retrouve désormais une élue de la mouvance cinq étoiles. La capitale italienne est en effet depuis la fin des années 90, le théâtre de la renaissance de coopératives de logements. Dans un contexte économique et politique délétère dénommé «  Mafia Capitale »[9], face à la pénurie de logements abordables organisée à dessein par les acteurs du marché et alors même que plus de 6000 personnes vivent à demeure en situation d’habitat illégal, le mouvement coopératif romain se montre dynamique, foisonnant et agit à la manière d’un révélateur. Pour le dire autrement, la société civile romaine organisée en coopératives, efficacement relayée par des agents du changement tels que « l’Unione Inquilini » ou des groupes activistes organisés[10], réussit là où les institutions publiques et le marché échouent : production de logements coopératifs pour étudiants, pour jeunes précaires, pour classes moyennes victimes d’expulsion, pour migrants et demandeurs d’asile etc…[11] Dans un contexte politique d’instabilité chronique et de désengagement total des institutions publiques qui se sont contentées de renvoyer le logement abordable vers le marché, les coopératives d’habitants romaines font preuve  d’une remarquable stabilité et consistance.

Les communautés coopératives perdurent dans le temps, s’adossent à des réalisations immobilières sociales remarquables[12] et parviennent ainsi à opérer un incontestable travail  « d’administration de la preuve ». (Durkheim).

Cf Notre film documentaire 
film “Le prédateur et l’Artisan. Il était une fois à Rome”.
(93 mn- Décembre 2018)
Les Mutins de Pangée.

Seconde Partie . «  Des coopératives d’habitants à Rome, en passant par le  South Bronx (New York City), jusqu’à la rue d’Aubagne (Marseille), quelle place pour la société civile dans la prise de décision publique ? »

Nous achèverons ici notre ultime volet de recherche et par la même occasion notre parcours scientifique. (Période 2019-2020). Ce projet de recherche consistera à croiser les regards et les analyses entre deux sites urbains franco-américains. Le “South Bronx” ( quartiers de Mott Haven et Port Morris -NYC-USA) et la rue d’Aubagne (Marseille. FR). Dans les deux cas traités, nous nous demanderons dans quelle mesure la société civile est ou non considérée comme un interlocuteur valable, par les autorités locales.

  1. “The South Bronx. Co-op People, Co-op Town”. (NYC).

Contexte :

Dans un article récent de la revue américaine Urban omnibus[13],  il a été établi le constat suivant : tout en demeurant le quartier le plus pauvre des USA, le Bronx, “Comté”  de 1,4 million d’habitants, dispose d’innombrables atouts et richesses, qui ont été évaluées à 9 milliards de $ de flux économiques annuels. Ces richesses sont le résultat des innombrables transactions des biens, services et marchandises, générés par les services publics et privés qui sont implantés sur le Bronx. (Notamment les hôpitaux publics et les universités)

De même, le Bronx héberge le « Hunts Point Terminal Market », le plus grand centre de distribution alimentaire du monde, ainsi que de multiples entreprises et centres communautaires très dynamiques. Pour autant, les flux économiques créés au sein du quartier du Bronx, ne bénéficient pas (ou trop peu) aux populations latino-afro-américaines qui y résident très majoritairement.

A ce constat s’ajoute le fait qu’à partir des années 90-2000, le Comté du Bronx s’est vu conférer le rôle de zone frontière urbaine de la ville de NYC. Ainsi se sont implantées sur son front de mer (waterfront), une bonne partie des infrastructures indésirables « liées au traitement des déchets de la ville, dont deux usines de traitement proprement dit, plus une vingtaine de stations de transfert des déchets. »[14] Sources structurelles de pollution  dénommées « LuLus » (Locally Undesirable Land Uses).

Il en résulte des désordres urbains à la fois visibles[15], mais aussi invisibles[16] (tels que des taux d’échec scolaire élevés, des problèmes de santé liés à la mauvaise qualité de l’air ambiant, le manque d’espaces verts, un accès impossible au front de mer etc…). Difficultés et handicaps qui sont à la fois parfaitement analysés, mais aussi combattus notamment par l’association de riverains la South Bronx Unite. L’une des nombreuses associations, qui irriguent et animent depuis de nombreuses années, la vie sociale locale et la société civile du Bronx.

Revenus moyens par foyer.2013
Bronx: 34 388 $
New York City: 69 659 $
USA: 53 046 $
Sources: American Community Survey 2013, Census Explorer, US Census Bureau
& Adaptation ENS Lyon
% population “blanche”
Bronx: 22, 09 %
New York City: 57, 02 %
USA: 63, 3 %
Sources: American Community Survey 2013, Social Explorer, US Census Bureau
& Adaptation ENS Lyon

Méthode de travail :

Nous avons signé une convention de recherche avec l’association South Bronx Unite, dans la perspective de conduire notre recherche in situ. Cette recherche sera assurée par nos soins au mois de Mai 2020 (11-24 Mai 20) sur la base de visites et d’entretiens filmés qui seront menés directement auprès de la population du South Bronx, d’élus de la ville de NYC en charge du Comté du Bronx et d’acteurs économiques, autour de trois axes :

  • Inventaires et conséquences liés aux désordres urbains «  visibles » sur le  South  Bronx
  • Inventaires et conséquences liés aux désordres urbains «  invisibles » sur la population.
  • Actions et pratiques de l’association South Bronx Unite (et d’autres associations du Bronx), en vue de l’accomplissement d’un nouvel ordre coopératif sur le “Comté” du Bronx; ( recherches conduites sur les quartiers Mott Haven and Port Morris)

Nous nous demanderons dans quelle mesure un certain nombre d’indicateurs, issus de la société civile, peuvent être repérés et validés, dans la perspective de l’émergence d’un nouvel ordre urbain coopératif sur le Bronx.

Le modèle coopératif de Cleveland. Sources Urban Omnibus.
Graphic by Benzamin Ye courtesy of The Democracy Collaborative

“The Big Picture”. Greg Foster-Rice. Dec 04, 2019
Urban Omnibus

Photos : Installation de panneaux solaires destinés à 
l’éclairage public de Brook Park (Bronx-NYC)
Avec l’aide d’enfants des écoles du quartier,
par l’association South Bronx Unite &
Mott Haven/Port Morris Community Land Stewards. 
Photos Monxo Lopez & María Solá.
community gardens. Novembre 2019.

  

2.     La rue d’Aubagne (Marseille. FR)

Contexte :

Environ 3 000 personnes se sont retrouvées sans logement à la suite des évacuations de près de 400 immeubles qui ont suivi l’effondrement des immeubles situés aux n° 63 et 65 de la rue d’Aubagne, dans le quartier populaire de Noailles, le 5 novembre 2018 à 9 h, provoquant la mort de huit personnes. Un déplacement de population, intervient alors dans l’urgence et a fait l’objet d’un rapport du HCLPD[17] publié le 15 novembre dernier.

Un an après cette catastrophe, plusieurs centaines de familles n’ont pas retrouvé de solutions pérennes. Le haut comité évoque la notion de «  crise humanitaire », tout en pointant la responsabilité de l’ensemble des acteurs publics. Une MOUS [18] a été confiée à la société SOLIHA. Une information judiciaire contre X, pour «homicides involontaires » aggravés, a été ouverte.

Analyse & Méthode de travail

Si le haut comité pointe dans le détail les responsabilités et l’impéritie technique ex-ante des pouvoirs publics, une place résiduelle est apportée quant au rôle ex-post, joué par la société civile marseillaise.  Un peu comme si la question du logement continuait à relever de la compétence des seuls « experts », même défaillants.

Or, ce drame humain a enclenché une forte mobilisation locale de différents collectifs, soucieux de produire du consentement auprès de la population : réconfort humain autant que conseils juridiques et techniques. En témoigne ainsi l’émergence du « collectif du 5 novembre. Noailles en colère »[19].

Les initiatives de la société civile locale marseillaise apparaissent extrêmement foisonnantes et dignes du plus grand intérêt. Ainsi, la réalisation d’un « guide de survie », à l’attention des sinistrés, tient le rôle d’interface très complète entre des habitants en errance sociale et des institutions publiques éclatées dans un maquis bureaucratique parfaitement incompréhensible.

A l’occasion de cette recherche, en référence à nos travaux antérieurs sur le «  corporatisme sectoriel Hlm »[20], l’accent sera donc mis sur le rôle que pourrait être conduit à jouer dans un futur proche, l’ensemble de ces énergies citoyennes. Un regard croisé pourra également opérer entre la situation de ces habitants Marseillais laissés pour compte et au fond, des situations similaires ou proches, qui peuvent être rencontrées par les associations du Bronx à NYC.  Là également, des entretiens seront organisés in situ avec les associations locales concernées ;

Le mercredi 11 décembre 2019.

Prof Yann Maury. Docteur d’État (HDR) Science Politique. CHAIRECOOP & Labex AE&CC Craterre.


Photo de page de garde Monxo Lopez & María Solá community gardens, South Bronx Unite, & Mott Haven/Port Morris Community Land Stewards. Novembre 2019.

Photos Yann Maury. 2015,2016.


[1] Chaire internationale Habitat coopératif et coopération sociale créée en 2012 dans le cadre du contrat quadriennal entre l’Université de Lyon et la région Rhône Alpes.

[2] Cf. Chairecoop. YM

[3] Données 2015. Cf. Notre Film « Lendemains de Fête » (Barcelone). Publié le 23/05/2017 par chairecoop.

[4] Ce « programme pilote » est dénommé «Alojamientos de Proximidad Provisionales (Aprop) ». 92 relogements pour 250 personnes à 250 euros de loyer mensuel,  sont ainsi prévus et devaient se répartir entre Ciutat Vella, Sants-Montjuïc et Sant Martí.

[5] Lire  sur le sujet nos développements : «  Espagne et Catalogne, un chaos immobilier livré aux seigneurs de guerre ». Yann Maury. Chairecoop. 2018.

[6] Cf. Notre film documentaire. « Lendemains de fête ». YM. 2017. 90 mn. Mise en ligne sur LES MUTINS DE PANGEE.

[7] Lire nos développements sur les                CLT. « USA. Après les saisies immobilières, comment réhabiter le rêve américain? » . Publié le 29/07/2013 par chairecoop.

[8] Voir sur le sujet notre film documentaire. “Homes & Some Million $”. 90 mn. 2014. Diffusion LES MUTINS DE PANGEE.

[9] Des dizaines de hauts fonctionnaires de la ville de Rome et des élus de tous bords politiques sont mis en examen puis inculpés par la justice italienne. Le maire précédent Ignazio Marino (PD) doit démissionner en cours de mandat, dans une affaire dénommée «  DinerGate » ;

[10] Unione Inquilini ou Union des locataires et le groupe activiste « Spin Time Lab ».

[11] Cf Notre film documentaire film “Le prédateur et l’Artisan. Il était une fois à Rome”. (93 mn- Décembre 2018) Les Mutins de Pangée.

[12] Lire nos développements : «  Italie. Disparition de l’État-Providence & Renaissance du coopératisme ». Publié le 01/03/2018 par chairecoop

[13] Urban Omnibus : “Co-Op City”, Oksana Mironova, May 02, 2019.

[14] Aurélie Delage, « Le Bronx, des flammes aux fleurs : combattre les inégalités socio-spatiales et environnementales au cœur de la ville globale ? », Géoconfluences, 2016.

[15] “The Mott Haven-Port Morris is a section of the South Bronx, a peninsula completely surrounded by highways, fossil fuel power plants, waste transfer stations, subsidized diesel truck-intensive facilities and an 850 acre significant maritime industrial area, the largest in New York City and a significant portion of which is public land”. South Bronx Unite. Website.

[16] The local AMI is $22,471; 49% of our children live in poverty; our asthma rate is eight times the national average; and we have the lowest rates per capita of access to green space (and no waterfront access at all). Rather than assistance and efforts to mitigate the life threatening impact of environmental injustice, our community continues to receive the fallout of windfall corporate subsidies incentivizing diesel truck-intensive business to relocate to our community”. South Bronx Unite. Website.

[17]  Le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées

[18] Maitrise d’œuvre urbaine et sociale

[19] Extrait du site internet du collectif : « Depuis le 5 novembre et la catastrophe du 63-65 rue d’Aubagne, notre quartier est endeuillé et en colère. Dès le mercredi 07/11, nous nous sommes réuni·es en assemblée de quartier. Plus de 300 personnes étaient présentes, habitant·es et habitué·es de Noailles. Le collectif du 5 novembre – Noailles en colère est né ce jour-là et a organisé pacifiquement et dignement la Marche blanche du 10/11, puis la Marche de la Colère du 14/11, la Marche pour le logement du 01/12, le rassemblement devant le Conseil Municipal du 10/12. Nous sommes un collectif d’habitant·es, ouvert aux habitué·es du quartier et soutiens, qui agissons pour défendre les droits des proches des victimes et de tou·tes celles et ceux qui ont été sinistré·es, évacué·es, touché·es par ce drame. Ensemble, en nous réunissant, en manifestant, en étant solidaires des un·es et des autres, nous pouvons être plus fort·es et obliger les pouvoirs publics à enfin respecter nos droits et notre dignité. Nous réclamons des logements et un quartier pour tou·tes ses habitant·es et non pour les touristes ou les plus aisé·es. Nous réclamons vérité et justice pour les 8 victimes. »

[20] «  Les Hlm, l’Etat providence vu d’en bas ». 2001, Yann Maury, L’Harmattan. 282 pages. Lire en particulier le chapitre V : «  Le système d’acteurs du logement social dans une grande agglomération méditerranéenne ». P 211 et suiv.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.