Coopération et climat : “mais ou sont les neiges d’Antan ?”

Selon les scientifiques du climat (Cf. Le dernier rapport du GIEC paru le 9 Août dernier), les émissions de gaz à effet de serre, enclenchées au début de  l’ère industrielle (1850-1900), ont provoqué un réchauffement avéré des températures mondiales, de l’ordre de 1 ° C . Cette augmentation des températures, en apparence minime, est désormais à l’origine d’un dérèglement massif du cycle mondial de l’eau : inondations d’une part; sécheresses et méga-incendies, d’autre part.

Les deux pouvant d’ailleurs se cumuler sur un même lieu ( la Californie et le bassin méditerranéen par exemple) et chaque jour apportant son lot de catastrophes naturelles un peu partout sur la planète, les auteurs du rapport font observer que si rien n’est fait pour s’y opposer, ce dérèglement global s’intensifiera à très court terme, c’est à dire à horizon 2040.

De ce point de vue, la période qui précède l’ère industrielle, ère dénommée le «Petit Âge glaciaire »,  représente une période particulièrement fascinante, qu’il nous semble important d’observer. Ce changement climatique, caractérisé par des hivers particulièrement rigoureux et froids, ce «petit Âge glaciaire »donc, n’est dû, qu’à un très léger refroidissement climatique, de l’ordre de moins de 1 °C.[1]  Mais précisément, il est essentiel de noter ici que ce petit degré en moins, a tout changé !

En outre, relevons encore qu’en réponse à ce défi climatique inédit, la population notamment européenne, a su alors coopérer. Cette coopération est à l’origine de très nombreuses adaptations de la production humaine, notamment sur les plans technique et agricole. Cet esprit de coopération nous semble porteur d’espérance pour l’avenir des générations futures.

1)Le petit âge glaciaire : cinq siècles de grands froids.      

Emmanuel Le Roy Ladurie[2], historien et précurseur de l’étude de l’histoire du climat en France, estime que le “Petit Âge glaciaire” en Europe, se situe entre le début du XIVe siècle  et  les années 1860. Cette période qui court sur cinq siècles, se caractérise par de nombreux étés frais et des hivers extrêmement rudes, bien plus nombreux qu’au XIIIe siècle.

Le paroxysme de froid est atteint entre les années 1570 et 1730. Trois phases particulièrement virulentes au sein du Petit Âge glaciaire ont été identifiées par les historiens du climat : de 1303 à 1380, le dernier tiers du XVIe siècle et de 1815 à 1860.

 

Reconstitution de la température médiane globale 
au cours des 1000 dernières années. 
Sources multiples wikipedia.

Au milieu du XVIIe siècle, les glaciers des Alpes suisses avancent rapidement, engloutissant fermes et villages. En Angleterre, la Tamise gèle pour la première fois en 1607. Sous Louis XIV, la Seine gèle à plusieurs reprises en hiver et on est obligé, à Paris, de débiter le vin des tonneaux à la hache. L’hiver 1709 est particulièrement glacial en France. Les canaux et les rivières des Pays-Bas sont pris par la glace. Le port de New York gèle entre Staten Island et Manhattan.

2)Quelles explications à cette baisse de température 
de  - 1 ° C sur cinq siècles ?

Les historiens du climat apportent plusieurs éléments cumulés de réponse à l’existence de ce petit âge glaciaire.

Selon Milankovic, pendant les deux mille dernières années de la vie de notre planète, le forçage orbital, c’est-à-dire le lent changement d’orientation de l’axe de la terre et la forme de son orbite vis-à-vis du soleil, ont agi sur le climat planétaire, dans le sens de son refroidissement.

L’activité volcanique intense, caractérisée par l’émission de cendres et de gouttelettes d’acide sulfuriques (aérosols), qu’a connue la terre au cours de cette période, a également entrainé des hivers volcaniques, qui sont la cause directe de ce refroidissement des températures.

Autre explication avancée par les scientifiques du climat, la baisse de régime de l’astre solaire lui-même, au cours de différentes périodes (1460-1550) (1645-1715) (1790-1830). Cette réduction d’activité, est liée à l’apparition de tâches à la surface solaire[3].

La colonisation de l’Amérique du Nord par les européens et les pandémies qui en ont résulté parmi les peuples premiers, ont provoqué la quasi-disparition de ces derniers. Ce qui a généré l’arrêt des activités agricoles, le retour à grande échelle des forêts et le retrait d’une quantité non négligeable de CO2 de l’atmosphère. [4]

3) En réponse, la société a su coopérer et se réinventer.

En réponse à ce défi climatique inédit, les populations de l’hémisphère Nord, s’organisent collectivement, coopèrent et adaptent au final, les technologies en vigueur : ainsi, les moulins à vent remplacent les moulins à eau qui gèlent sous l’effet des températures négatives. De grands greniers sont construits et utilisés comme banques alimentaires. Les stocks de denrées alimentaires doivent être vendus rapidement, car le grain se conserve mal. Et ils ne fournissent que deux à trois mois de vivres, lors des périodes les plus froides. Apparaissent les skis, les traîneaux, les raquettes et patins à glace, qui permettent des déplacements gratuits et rapides, jusqu’à 200 km par jour sur les canaux et lacs intérieurs, note le géographe Alexis Metzgern[3].  Face aux fleuves et aux canaux intérieurs qui gèlent, on invente le brise-glace, afin de desservir la ville de Rotterdam en eau potable.

Dans le même temps, face au changement climatique et à la résilience sociale qui opère en réponse, des famines et des révoltes ont lieu.  De même, Laurent Litzenburger, auteur d’une thèse sur la vulnérabilité de Metz face au climat de la fin du Moyen-Âge, note qu’à cette époque on ne commémore pas les victimes du froid. La tendance est plutôt à l’oubli et à la remise en route des activités humaines.[4] Les morts de famines ou de maladie sont nombreux. Toutefois, les populations paysannes et urbaines s’adaptent peu à peu, à des conditions de vie très dures.

4) Mais où sont les neiges d'Antan ?

Le Petit Âge glaciaire a représenté un défi immense pour les sociétés humaines. Il est établi que les anciens ont su faire œuvre de résilience, coopérer et qu’ils ont su trouver collectivement les modes de faire adaptés. Tentons de tirer les enseignements de l’histoire du climat. Si on la met en perspective, cette séquence du climat planétaire, voisine au fond avec la situation contemporaine du réchauffement climatique que nous connaissons.  La question paradoxale est désormais posée :

Face aux effets dévastateurs produits sur le climat par les gaz à effets de serre, l’humanité saura-t-elle réenclencher ce refroidissement climatique désormais tant désiré ? Alors même que ces grands froids furent tant redoutés, par des générations entières de paysans et de citadins ? Si l’on en croit les scientifiques du GIEC, les sociétés humaines ont leur destin en main et sont encore en capacité  de retrouver les “neiges d’Antan”.

La royne Blanche comme lis
Qui chantoit a voix de seraine,
Berte au grant pié, Bietris, Alis,
Haremburgis qui tint le Maine,
Et Jehanne la bonne Lorraine,
Qu’Englois brulerent a Rouan,
Ou sont ilz, Vierge souveraine ?
Mais ou sont les neiges d’antan ?

Ballade des Dames du temps jadis”. François Villon. 1461

YM. Août 2021.

En couverture, peinture particulièrement évocatrice de l’artiste Pieter Brueghel l’Ancien (1525-1569), « Les chasseurs dans la neige ». janvier 1565.

Photos personnelles récentes. Garrigue sous la neige. 2010 &2021.

Lire : Emmanuel Le Roy Ladurie : « Histoire du climat depuis l’an Mil ». 1983. Flammarion.

Et : Le petit âge glaciaire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_%C3%82ge_glaciaire

[1] Françoise Labalette, « Les terribles ravages du “grand hyver” », Historia, no 759,‎ mars 2009, p. 47.

[2] Emmanuel Le Roy Ladurie : « Histoire du climat depuis l’an Mil ». 1983. Flammarion

[3] Ces baisses d’activité du soleil, sont dénommées selon les époques, minimum de Maunder, Sporer et Dalton.

[4] Alexander Koch, Chris Brierley, Mark M. Maslin et Simon L. Lewis, « Earth system impacts of the European arrival and Great Dying in the Americas after 1492 », Quaternary Science Reviews, vol. 207,‎ mars 2019, p. 13–36.

[5] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01163496/document [archive]

[6] Litzenburger L (2011) La vulnérabilité urbaine: Metz et son climat à la fin du Moyen-Âge,Nancy 2

Copie réalisée par Pieter Brueghel Le Jeune. XVIIe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.