“Les coopératives d’habitants, des outils pour l’abondance”

La coopération, comme forme de résistance et d’alternative au marché total.

Juin 2014 – ISBN : 978-2-9549165-0-7

Photo YM. Fresque murale à l’ilot Mazagran. Septembre 2013.

Vous pouvez télécharger librement notre ouvrage sur simple demande. Utilisez  la rubrique “commentaire” à la fin de l’article.  Mentionnez votre adresse courriel. Un lien de téléchargement vous sera adressé en retour.

Merci.

You can get a free download for our collective book. For that, please, use the “comment” section, at the end of this page.  Live us your email address and a link will be send back to you.

Thanks.

“Les coopératives d’habitants, des outils pour l’abondance”.

Juin 2014. 451 pages. Éditeur CHAIRECOOP. ISBN / 978-2-9549165-0-7

Photos YM. L’ilot Mazagran. Septembre 2013.

Conférence à l'école d'architecture de Grenoble 
( ENSAG- 8.12.2011- 43 mn)
Téléchargement :


" Les coopératives d'habitants, des outils pour
refonder la ville durable" (YM)

 

La fresque d’Amaranthes. Sur l’îlot Mazagran, faisant face à la serre, se tient ce que nous dénommerons, la «fresque d’Amaranthes ». Faute de mieux. En effet, son auteur, l’artiste de rue brésilien Eduardo Kobra, qui a été invité en Mai 2011 par l’association Brin d’Guill’, à travailler sur l’un des pignons du café coopératif – « le court-circuit »- n’a pas dénommé son œuvre. La partie centrale de la fresque évoque une photographie argentique ou un polaroid; l’ensemble est représenté en noir et blanc par le peintre. La fresque s’apparente à une photo de famille, prise devant le café de la place du village : hommes d’âge mur, femmes jeunes et enfants. Tous doivent venir du sud. Méditerranée, « Mare Nostrum ». Chacun, anonyme ou familier du lieu, se tient immobile et prend la pose devant le peintre-photographe. Les traits des visages sont creusés, presque austères. Quelques sourires à peine esquissés, ici ou là. Les verres à vin et les tasses à café sont pris en main, tenus à distance raisonnable des visages immobiles. Le contenu sera bu, mais plus tard, après la photo. Rien ne traduit le mouvement. Tout est silencieux. 026Cheveux noirs et moustaches finement taillées, les hommes portent cravates, chemises blanches et vestes assorties. Les femmes quant à elles, des tabliers de cuisine ou des robes sobres et légères. Deux cafetiers en tabliers de travail, prennent également la pose, quelques instants. Tenues simples mais soignées, d’une population ouvrière venue au café profiter de quelques rares instants de détente. Nous sommes dimanche, un jour de printemps ou de début de l’été, dans les années trente, dans le quartier de la Guill’. C’est le seul jour de repos de la semaine. La semaine a été longue. Depuis 1906 et la loi sur le repos hebdomadaire obligatoire, on ne travaille pas le dimanche. Voilà, c’est fini, la photo est prise…. YM

Photos YM. L’ilot Mazagran. Septembre 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.