Mal-logement en France : à quand un corps spécial de préfets bâtisseurs ?

La Fondation Abbé Pierre et les observateurs qui, année après année, commentent le rapport sur la précarité et le mal-logement, oublient un élément fondamental d’analyse.

En réalité, depuis les lois de décentralisation(1982/83), l’État s’est défaussé de la question du logement en direction des élus locaux. ( maires, départements, régions) Y compris pour le logement social, ainsi que pour tous les documents d’urbanisme d’importance ( PLU,ZAC, ZAD etc..) Ce sont les maires qui signent et rejettent les permis de construire. Ce sont eux qui fixent les règles d’urbanisation et d’affectation du sol. Bref, ce sont eux qui ont pris le pouvoir. L’État ne conduit plus de politique publique du logement depuis les années 60! ( et la création des ZUP en 1962).

Ce sont les maires qui en conséquence, sélectionnent les populations qu’ils veulent ou à l’inverse, ne veulent pas accueillir sur “leur” “territoire”. ( mot valise qui à lui seul, mériterait une analyse fouillée). Sélection sociale qui débouche sur la création d’une réserve électorale, qui s’avère souvent déterminante à l’occasion des élections locales qui suivent. En d’autres termes, il est d’usage d’évoquer ici le terme de pratiques clientélistes.

La Fondation Abbé Pierre sait parfaitement tout cela, mais feint de l’ignorer dans ses multiples rapports qui s’ampilent d’année en année, sans que pour autant ne s’accroisse l’efficience de la politique publique du logement. ( son rapport 2021 est le 26 ième du genre)

 

A l’inverse du rapport de forces actuel, imaginons un instant qu’un gouvernement central décide de créer un corps spécial de “préfets-bâtisseurs“, ayant le pouvoir de déroger au droit commun, dispose d’un droit de préemption qui s’impose à celui des maires, engage la construction – sous la responsabilité et sur financements de l’État – de nouvelles cités HLM, déroge aux règles locales du PLU afin d’opérer des réserves foncières destinées au logement des classes populaires et moyennes.

J’entends déjà les cris d’orfraie des élus de tous bords crier au scandale et à la dictature rampante !

YM pour CHAIRECOOP.

Illustrations graphiques. Auteure Ganaelle Maury. 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.